Juste une danse

(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)
(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)

Ce samedi d’octobre a tous les attributs d’un samedi de juillet : les passants sont en tee-shirt, les couples s’enlacent dans les parcs, les amis rigolent aux terrasses des cafés. Je me promène, j’admire et je profite. Je me laisse guider par les rires et les bruits de la ville. Mon oreille est tout à coup attirée par le son d’un djembé au loin. Je me rapproche et cet homme est là, heureux de faire partager sa musique à tout un groupe d’inconnus assis autour de lui. Soudain, une femme semble inspirée et se laisse emporter par la musique. S’adapte-t-elle à sa musique, s’adapte-t-il à sa danse ? Je ne sais plus. Mais la magie d’une rencontre impromptue est bien là.

Sur cette photographie, l’oeil est tout d’abord attiré par la femme qui danse, malgré notre habitude de lecture de gauche à droite. Elle porte une jupe orange qui attire le regard, et elle est en mouvement : ses cheveux volent, ses pieds sont presque décollés du sol, elle paraît occuper tout l’espace. La légère plongée la met également en valeur. Ensuite, grâce au regard de cette femme, on tombe sur l’homme qui joue du djembé en lui donnant le rythme. D’autres personnes sont également présentes : des musiciens et une femme qui applaudit sur la droite. Ils ne sont que secondaires dans la composition de l’image mais contribuent à donner de la vie à cette photographie.

Tiphaine Robion


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.