Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.