Casse-tête Bordelais

photo4
(cc) Coline Portet (28/01/2015)

Observant mes trois photos différentes, j’ai commencé par découper les images en petites bandes égales que j’ai collés les unes à la suite des autres, toujours dans le même ordre. Ce processus avait pour but de créer une histoire commune et ainsi de faire naître un point commun entre ces photos sans en laisser une prendre le pas sur l’autre. Les récits photographiques ainsi imbriqués forment donc une nouvelle histoire basée sur les trois autres. Suite à cette première base de travail j’ai décidé d’ajouter à ma photo l’élément le plus important de chacune de mes photographies afin de les confronter d’avantage dans les détails. J’ai choisis de prendre une fleur, un parapluie et mon visage effacé. Ces éléments m’ont permit de mêler les intentions et les sentiments inscrits dans chacune de mes trois photos que je souhaitais garder. Déjà flou j’ai ajouté de la transparence à mon visage pour qu’il apparaisse encore plus étrange et brouillon devenant ainsi énigmatique à l’image de la photo d’origine. J’ai agrandit la fleur qui était petite afin de dévoiler le côté intime de l’image de base. Puis j’ai collé le parapluie en haut à droite de la photo car cet élément est pour moi assez paradoxal. Il annonce une menace et est à la fois protecteur et rassurant. Ce côté paradoxal est l’esprit même qui ressort de la photo d’origine illustrant le passage de l’enfance au monde adulte.

En créant ce montage photo je me suis rendue compte qu’il y avait plus de temporalité que je ne le pensais. En plus des trois histoires individuelles et de l’histoire commune, les morceaux de photos qui se suivent en ligne font naître plusieurs dimensions à la photo et plusieurs grilles de lecture. On peut se concentrer sur l’une des trois photos d’origine en faisant abstraction des deux autres. Elles sont toutes aussi visibles, c’est à notre œil de choisir d’en visualiser une en particulier à chaque nouvelle vision. Ce caractère singulier permet aussi à la photo de montrer l’illusion que permet de créer la photographie. On retrouve également d’autres aspects qui rendent hommage aux photos de base. L’illustration comporte des couleurs très vives et variées ce qui rappel l’atmosphère féerique et joyeux de la fête foraine, ma première photographie. De plus, mon visage parsemé de bout de photos rappel l’aspect intimiste d’un de mes trois clichés. Mes trois photographies dans un premier temps opposées forment une seule et même image représentative de ces trois dernières. En observant la photo, je me suis également rendue compte que l’image obtenue témoigne de mes recherches et de mes réflexions puisqu’on y voit mon visage inondé par mes trois photos découpées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.