Advienne que pourra

(cc) Sultana Manon 27/01/2015
(cc) Sultana Manon 27/01/2015

 

Je ne connaissais pas vraiment ce qu’était le cinéma expérimental avant le visionnage du documentaire de Pip Chodorov. J’ai regardé mes trois photographies à la suite pour voir ce que je pouvais en faire. J’ai ouvert Photoshop pour poser mes trois photos les unes sur les autres. Puis j’ai testé plusieurs effets, filtres, couleurs etc. Je souhaitais que la photographie des deux amoureux à la gare soit en fond afin de pouvoir les mettre en avant. Puis j’ai grossi et positionné la photographie où je suis en « lévitation » afin qu’elle prenne tout le cadre. J’ai utilisé un filtre de pixellisation afin de grossir les pixels. Puis j’ai posé ma dernière photographie et je l’ai encore grossi afin que les lunettes apparaissent au milieu du cadre. J’ai rajouté un effet sur cette dernière de manière aléatoire et j’ai décidé de m’arrêter là.

Une fois ce dernier effet rajouté j’ai trouvé la combinaison assez signifiante. Un des verres de lunettes se retrouve sur les deux amoureux qui s’embrassent. L’autre se retrouve sur le train qui arrive sur le quai de la gare. Ma position de lévitation se confond avec la gare et rentre dans les formes en négatif. Il y a donc plusieurs cadres dans le cadre. Tout en bas à gauche on peut distinguer les billets de train qui se confondent avec les personnes qui attendent de monter dans le train. En bas à droite on peut voir le début du mot correspondance qui s’incruste dans le mur. Je me suis arrêté là car je trouve que la combinaison de tous les éléments signifient ensemble. Les cadres dans le cadre, les mots, les formes incrustés, les couleurs toutes assez ternes et la petite lueur de lumière rajouté au dessus des amoureux donnent une âme commune a toutes les photographies prisent depuis le début de l’année. Cette photographie, en quelque sorte finale, m’évoque tous les sentiments que j’ai pu mettre dans chacune des photographies. Un sentiment de départ, de voyage, de changement, d’au-revoir, de poésie, de tristesse, de souvenirs, de rires, etc. Tout ce que je voulais photographier se retrouve dans cette mosaïque de mouvements des sentiments.

Manon Sultana


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.