LE PAYS IMAGINAIRE

VDCCOLINE

Ma photo en main, j’ai tenté de la redécouvrir une seconde fois afin de réaliser une création sonore. Je me suis demandé ce qu’elle m’inspirait, quelles histoires pouvaient se cacher derrière cette photographie mis à part la mienne. J’ai noté sur un bout de papier des mots, fait des dessins pour illustrer les idées que me renvoyait l’image. A partir de là, j’ai commencé à rechercher une histoire avec des sons et des bruitages. J’ai écris un scénario sonore et non visuel.

Mon récit se structure en cinq parties. La première partie « Séquence 1 INT JOUR Bureau d’une jeune fille » montre l’ennuie qui émane de cette dernière. Le tic tac de l’horloge et le gribouillage agressif de la fille plonge la pièce dans un atmosphère tendue et pénible à l’image des sentiments éprouvé par la jeune femme. La deuxième séquence « Séquence 2 INT JOUR Cuisine » nous présente des voix d’inconnus et des applaudissements qui semblent extérieur à l’intimité de la protagoniste. Cet élément est voulu afin de montrer qu’elle est présente physiquement mais que ces pensées sont absentes. La troisième étape « Séquence 3 INT JOUR Bureau de la jeune fille » rappelle la première partie. On est ici dans un même lieu, un même espace, on a donc le même atmosphère caractérisé par le tic tac de l’horloge. Cela accentue ce côté monotone et quotidien de la vie du personnage. La quatrième partie « Séquence 4 EXT JOUR Ville » permet de montrer une évolution dans les humeurs de la jeune fille. Elle est dans un premier temps nostalgique et paniquée, on entend les bruits parasites et désagréables de la ville. Puis, elle est apaisée et devient de plus en plus joyeuse. La ville devient alors pluvieuse et calme. La dernière étape « Séquence 5 EXT JOUR Fête foraine » est le point finale de mon histoire. C’est le lieu où se rencontrent ma création sonore et ma photo.

L’union de toutes les générations dans un lieu hors du temps ponctue mon travail. Chaque auditeurs peut se reconnaître dans cette prise de conscience commune ce pourquoi j’ai inséré les mêmes bruits de pas durant toute la création sonore. On s’identifie au personnage puisqu’on suit ses bruits de talons avancer de lieu en lieu vers la fête foraine où la jeune femme résout son angoisse.

Coline Portet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.