Quai des adieux

Manon Sultana (c) 2015
Manon Sultana (c) 2015

Ecrire l’histoire qui se passe avant la photographie, une grande première. Par contre, les adieux à la gare je connais. Ma photographie montre deux inconnus amoureux se disant au-revoir sur le quai de la gare. Ce moment là me rappelle Les parapluies de Cherbourg et la poésie. Alors j’ai essayé d’écrire un texte racontant l’histoire des deux amoureux mais sans succès. Alors j’ai cherché le synopsis du film Les parapluies de Cherbourg et j’en ai modifié le texte. A la fin j’ai rajouté une prise de son directe du lien entre ce film et ma photo: deux amants se disant au revoir sur le quai de la gare comme pour Geneviève et Guy à Cherbourg. Le lien texte et son me parait poétique, ce qui me touche. Alors je me décide a m’enregistrer en lisant le texte. Je pose cette bande son sur Reaper et je télécharge des bruitages de personnes dans une gare, d’annonce SNCF, la chanson des parapluies de Cherbourg, d’un sifflement de train etc. La musique commence par une annonce SNCF de départ de train retenti, avec en fond des bruits de pas de passants. Puis je voulais que la musique des Parapluies parte en même temps que la lecture du texte, mais doucement. La fin du texte est coupé par un sifflement de train puis par l’annonce finale du départ du train. Je trouve que cette musique est adaptée à la photographie des deux amoureux qui s’embrassent peut être pour la dernière fois pour un temps inconnu de tous. C’est un moment hors du temps entre deux personnes qui se quittent. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *