A poor lonesome cowboy

Le premier billet photo que j’ai réalisé n’était pas, à mes yeux, le meilleur. C’est pourquoi, j’étais quelque peu déçue de devoir créer du son en réponse à ce travail. Cette image représente un groupe de jeunes, qui rythmés par la musique country d’un chanteur de rue, s’est mis à danser. Il faisait nuit ; la place de l’Opéra était presque vide. Quels sons puis-je bien agencer à cette photographie ? Comment puis-je aborder ce son ? Comment puis-je intégrer ma propre voix ? J’aurai bien poussé la chansonnette… Mais encore faut-il savoir chanter ! Puis, l’Idée m’est venue. Et si je me transformais en un animateur radio ? Je serais un envoyé spécial, chargé de commenter un grand concours amateur de danse se déroulant à Bordeaux. En parallèle, j’amènerai des sons issus de mon véritable périple nocturne. En effet, avant de me retrouver sur le parvis de l’Opéra, je m’étais promenée, l’âme vagabonde, dans les rues du centre-ville. J’étais même allée jusqu’à la fête foraine qui s’était installée place des Quinquonces. La grande roue est d’ailleurs visible sur ma photographie. Pour ce billet son, j’ai d’abord fait l’inventaire des sons qu’il me fallait : des ambiances nocturnes de rue, des ambiances de fête foraine, des bruits de pas, des cloches de tramway. Mais aussi de vaisselle, de clefs dans la serrure. Je suis parvenue à capter une grande partie des sons en prise réelle, mais j’ai été contraint pour les autres de prendre des pistes audio sur internet. J’avais, également, besoin de bruits de grésillement radio. Je comptais agencer à ces sons très réalistes, une atmosphère très ambigüe, hors du temps – qui amène l’interrogation. C’est ainsi que j’ai intégré à ce billet des interférences de radios datant de la seconde guerre mondial ou bien encore des bruit d’ouverture de coffre fort. J’ai monté tous ces sons comme si deux histoires se battaient pour prendre toute la place sur la bande sonore : la première véritable et l’autre issu de mon imagination. C’est ainsi que le chanteur de rue country, qui était seul en réalité, s’est trouvé accompagné de musicien dans la bande sonore. Il m’a été difficile, ne m’y connaissant pas très bien en montage son, de travailler les transitions. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour éviter les coupures un peu trop nette. Mais, au final, je suis tout de même parvenue à donner une certaine fluidité à ma création. Listen !

Camille Nivat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.