Alabama Bordeaux

Je me souviens très bien du jour où j’ai pris ma photo. C’était l’automne, il ne faisait pas tout à fait froid ni tout à fait chaud, la pluie venait de tomber. J’étais assise en terrasse et l’agitation des passants se mêlait aux discussions et aux bruits de verres de mes voisins.

Lorsque la mélodie du banjo s’élève, personne ne semble la remarquer. Elle se mêle à l’ambiance, y participe. Puis, peu à peu, elle la domine : je tends l’oreille pour apprécier la mélodie qui mêle habilement la joie et la mélancolie. On se sentirait presque nostalgique des paysages des Appalaches et des champs de coton.

Je ne suis visiblement pas la seule à voyager au fil des notes puisqu’un gamin de passage force sa mère à s’arrêter pour admirer le musicien. Il danse, elle sourit. Le joueur de banjo ne semble pas le voir. D’un coup, plus personne dans la rue : juste cet enfant, cette femme, et ce musicien. Partageant un moment unique, loin de la vie urbaine quotidienne. Hear the banjo, don’t it take you down home ?

Pour illustrer ce moment, j’ai donc choisi de mêler des sons urbains, une mélodie au banjo, et un rire d’enfant, jusqu’au « Wow » final, instant de la prise de vue. L’ambiance de la ville se fond peu à peu dans les notes de musique, jusqu’à disparaître : il ne reste plus que l’instrument.

Pas forcément à l’aise avec l’idée d’enregistrer ma voix, j’ai choisi de lire un poème en lien avec le thème : La musique, de Baudelaire. Ce dernier ne parle pas de la musique en savant, mais traduit son ressenti de façon innocente, comme le ferait justement un enfant.

Floriane Rivery


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *