Une histoire de gourmandise

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET 

Cette photo symbolisait pour moi un instant. Elle a été jugée trop publicitaire. Je voyais plus que la photo, elle était agréable pour ceux qui connaissait l’histoire, l’anecdote autour d’elle. Pouvoir créer un paysage sonore qui mène à cette photographie était donc une aubaine pour raconter cet instant.

J’ai été impressionnée lors de l’écoute en salle par le documentaire sur la bouillabaisse : les sons étaient simples mais percutant. Un seul bruitage racontait l’action entière : allumer le gaz ou encore cuisiner. Je souhaitais retrouver cette simplicité et dans un premier temps je voulais raconter cette photo seulement par quelques sons simples. Toutefois, la contrainte d’y apposer ma voix a compliqué les choses. Pourtant, je voulais garder cette idée que seul le son raconte l’action en détail, donne l’environnement et l’ambiance. Alors, je suis partie sur un scénario. La prose d’un scénario est simple, au présent, sans trop de détail. Ainsi, le son prenait son importance car il constituait le corps de l’histoire. J’ai du abandonné l’idée de sons seuls successifs car cette histoire comporte 16 personnages à part entière et l’effet de groupe était une clé de compréhension essentielle.

J’ai voulu essayer Reaper mais je n’avais pas le temps de me pencher sur les menus et les commandes pour retrouver ce que j’avais sur Final Cut, alors j’ai monté sur ce dernier. J’ai chiné sur les banques de bruitages libres de droits quelques bruits. Cependant, je les trouvais en décalage avec l’ambiance que je souhaitais créer et surtout je trouvais qu’ils sonnaient faux. J’ai donc pris ce que j’avais sous la main : le dictaphone de mon iphone. Je ne suis pas une experte en son, mais le son enregistré de cette manière m’a paru convenable. Un soir j’ai donc enregistré tous les sons dont je pouvais avoir besoin. Arrivée au montage, je me suis retrouvée avec des sons stéréos (les bruitages pris sur internet) et non stéréo (les sons du dictaphone). Ne sachant pas du tout comment recréer une stéréo au montage, j’ai mêlé les deux. De cette façon j’ai pu me rendre compte que la stéréo était extrêmement intéressante pour provoquer la sensation d’immersion car j’ai pu faire la différence d’un même bruitage mono ou stéréo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.