Mots & Miroirs

(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)

Miroir. C’est tout ce que m’a évoqué les quelques bribes de consignes et ce qui m’est resté des travaux des photographes mentionnés. Pas inspirée et pas franchement enthousiasmée par ce type de photographies, je suis convaincue de réussir à bricoler une petite chose sans trop avoir à y réfléchir. Je n’ai pensé qu’aux miroirs. J’aime bien tout ce que cet objet peut représenter, et la façon dont il est utilisé, particulièrement au cinéma. Et c’est aussi l’occasion de me replonger dans un numéro particulièrement réussi de Blow Up : un miroir peut permettre à un personnage de se replonger dans le passé, évoquer la peur, la dualité, le trouble identitaire, ou simplement Fabienne Tabard. Mais le dénominateur commun de toutes ces évocations est la présence d’un personnage dans le reflet ; hors il n’est pas question de mettre qui que ce soit dans le cadre. J’examine alors les possibilités qui s’offrent à moi devant ce constat.

17h, la lumière tombe peu à peu dans des rayons orangés. J’essaye des choses avec mes trois petits miroirs de poche : je les mets dans un sens, dans un autre, je les déplace, les superpose de façon à ce qu’on ne voit le moins possible l’appareil photo et encore moins ma main qui appuiera sur le bouton. Le but étant à un moment ou à un autre de trouver quelque chose d’intéressant : la photo pour moi c’est le mouvement, l’inattendu, le hasard, alors prévoir et construire son effet – et pire, le conceptualiser ! -, je trouve ça triste. Mais la chance finit par me sourire, en déplaçant innocemment mon petit miroir rond, je m’aperçois que l’arbre devant ma fenêtre se réfléchit dedans et ressort dans une belle lumière. La photo faite, je la recadre et l’affaire est faite.

C’est curieux, en consultant mon dictionnaire toujours à portée de main, je me rends compte que le champ lexical du miroir est assez intéressant, et presque toujours à double sens dans notre contexte : ainsi le reflet est une « image réfléchie », et le miroir est une « surface qui réfléchit la lumière et les images ». Presque attendrie par cette découverte, je me dis que la langue française est quand même drôle : ces définitions relèvent presque de la personnification. Ainsi un reflet ne serait pas juste une image réfléchie, mais une image qui réfléchit, c’est à dire à la fois un mot désignant au sens propre une action mécanique, ou devrais-je dire optique, et au sens figuré-psychanalytique une action d’intellectualisation : il est attribué à un objet le pouvoir de réfléchir. Je voulais conclure en laissant le mot de la fin à un illustre personnage, et il m’apparut une citation pleine d’intelligence de Schopenhaueur : « les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas ». C’était ironique bien sûr, il est bien connu que la « stupidité croît avec l’intelligence »[i] et ce philosophe prussien, comme bon nombre de ses collègues, ne fait donc pas exception à la règle. Je préfère laisser le mot de la fin – et pour de bon cette fois – à Jean Louis Auguste Commerson, maître méconnu d’aphorismes humoristiques et auteur d’une délicieuse maxime que nous saurons apprécier ici : « quand je mange des glaces, cela me fait réfléchir ».

            Clémentine Le Roy


[i] Grégory Compère, Essais


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *