Rose nucléaire

(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)
(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)

Cela faisait quelques temps que j’avais envie de m’essayer à la photographie de gouttes d’encre tombant dans de l’eau. J’ai découvert cette pratique lors d’une de mes trop nombreuses heures de procrastination passées à cliquer de photographie en photographie. J’aime les volutes légères de l’encre et surtout leur texture : fumée épaisse, tissus en mouvement ou bactérie vue au microscope ? Je les trouve mystérieuses et leurs formes et couleurs uniques laissent la porte ouverte à toute interprétation. Malgré mes appréhensions sur la réalisation de cette photo (mais comment vais-je pouvoir faire cela ? Hors de question de juste photographier un verre posé là), je me lance. Et puis, je dois l’avouer, c’était l’occasion pour la gamine qui est en moi de faire une des choses que je préfère quand il s’agit d’arts plastiques : me salir les mains !

J’installe mon dispositif comme je le peux, c’est à dire avec les moyens du bord. Une lampe scotchée au mur, une écharpe noire en guise de fond, un saladier en verre rempli d’eau… Mon studio tout en récup’ aurait lui aussi mérité une photo. J’ai beaucoup de difficultés à faire la mise au point : je veux que la zone nette soit au milieu de l’eau, là où les gouttes tomberont. Je ferme un peu le diaphragme mais je n’arrive toujours pas à mes fins. Je manque de lumière, allonge un peu le temps d’exposition et augmente la sensibilité. Et, d’un coup, j’ai envie d’utiliser d’autres liquides. Je mélange du lait et de l’encre rose, et verse ma mixture dans l’eau. Comme à chaque essai, je photographie en rafale, pour ne rien louper du déploiement de la matière. Et encore une fois, je me rend compte que la mise au point n’est absolument pas celle que je souhaitais.

Et à force de la regarder, cette photo… Je réalise que cette erreur de mise au point rend nettes toutes les petites bulles qui se sont formées sur la paroi en verre, qu’au second plan, le nuage rose est un peu flou, et intriguant. J’augmente un peu les contrastes et intensifie les couleurs. Je vois apparaître de la fumée, un champignon atomique rose entouré de particules. Ou, plus joyeux, une barbapapa ? D’autres y verront un ciel étoilé, une galaxie, une coupe de champagne… Un peu comme si j’avais produit ma propre version du test de Rorschach. Alors, malgré mes erreurs et mes tâtonnements, malgré les reflets sur le verre et les déformations dues à la forme du récipient, je suis satisfaite : j’ai produit une photographie ludique. A la fois pour moi durant la réalisation, mais aussi pour le spectateur qui peut laisser le champ libre à son imagination. En plus, j’ai de l’encre plein les mains !

Floriane Rivery


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.