La grande illusion

Favorite
(cc) Coline Portet 05/12/14

La photographie est une pratique magique et attractive. Voulant créer une photo représentative de ce qu’elle dégage, j’ai voulu approfondir les effets de la matière sur l’image. J’ai donc utilisé plusieurs sortes de matières, toutes transparentes ainsi que le corps humain. Ce qui m’intéresse dans ces matériaux est l’étrangeté qu’ils apportent à la photo. On a accès à l’image visualisée par l’objectif à laquelle on rajoute un voile qui vient la perturber. En jouant avec la position du corps humain et du sac plastique utilisé je souhaitais recréer un univers particulier qui reflète le fait que la photographie est spectaculaire : elle créer de l’illusion tout en percevant l’invisible.

Je suis partie de ces idées pour créer ma photo en m’inspirant également des créations de Duane Michals. Il utilise des miroirs qui donnent une vision déformante du sujet et révèle ainsi un nouveau visage, une nouvelle facette du personnage et de la vie tel que peut le faire la photographie. J’ai élevé le temps d’exposition à 30 secondes. Durant ce temps j’ai bougé de place une fois pour apparaître à plusieurs endroits dans la photo et ainsi créer plusieurs temporalités. Pendant la prise de vue, une poche plastique était scotchée devant l’objectif pour créer cette sorte de voile, de filtre parasite. J’ai décidé de faire la mise au point sur mon visage et non sur le sac plastique. Je me suis placé près du miroir, de profil à celui-ci pour qu’il me reflète lors de mes deux positions. J’ai essayé de placer le plastique à plusieurs endroits, plus ou moins loin de l’appareil et je me suis aperçu que plus le sac plastique était proche du capteur, moins on le voyait. Sur cette photo le voile n’est pas très marqué mais il est pourtant présent.

Un sac plastique vient perturber la vision de l’objectif mais il n’est pourtant presque pas visible sur l’image. Ainsi la photographie est étrange et une illusion se créée. On ne voit pas réellement la scène puisqu’on ne voit pas vraiment le sac plastique. Les couleurs qui donnent un côté vieillit accentuent ce côté éphémère qu’est l’instant présent. De plus, le fait que je sois présente mais presque transparente permet de m’ancrer en tant que sujet dans la photo et d’en dégager son esprit immortel, de montrer l’invisible. La présence du miroir crée plusieurs facettes de moi même dans un seul espace temps et mon corps inscrit à plusieurs endroits accentue également ce côté fantomatique de la photo. On capte un instant éphémère qui aussitôt vécu devient déjà du passé d’où le fait que mon corps soit à demi visible. Grâce au lignes présentes dans la photo, on a l’impression de sur-cadrage et de cadre dans le cadre qui divise l’espace en plusieurs parties alors qu’il est pourtant unique. Ainsi l’espace et le temps sont dilatés, étirés et témoignent de la magie et de l’éternité permise par la technique photographique.

Coline Portet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.