Songe d’une nuit d’hiver

(cc) Camille Nivat (06/12/2014)
(cc) Camille Nivat (06/12/2014)

 

Une photographie conceptuelle ? Même après quelques exemples, je n’arrivais toujours pas à donner une définition à ce terme. Peut-être que tout l’intérêt de ce type de photographie est justement l’absence de définition. Cela laisse une grande marge de Liberté. Mais cela ne m’aide pas tellement à trouver une idée… Ma seule certitude était qu’il fallait une idée préalable à la prise de vue. En regardant les quelques objets que j’ai en ma possession à Bordeaux, j’ai pris conscience de la difficulté qui allait ressortir de la préparation de ce billet. Ce n’est qu’une semaine après l’annonce du sujet que des bribes de concept m’ont traversé l’esprit. Plus précisément, un élément m’est revenue en mémoire : le papier d’aluminium. Alain Fleischer l’utilise pour sa capacité de déformation. Cet artiste y moule son visage ou bien encore des objets du quotidien… Je tenais, toutefois, à détourner cet outil, à avoir une approche plus singulière, plus personnelle. J’ai donc eu un autre regard : le papier d’aluminium réfléchit la lumière et tout ce qui l’entoure. Mais pas de façon net. Ces reflets prennent une dimension fantastique, presque mystique. J’ai donc cherché à rendre compte d’un monde imaginaire à partir du monde réel.

J’ai donc pensé un dispositif. J’ai décidé de poser la photographie en extérieur. J’ai donc répartie dans les branches des arbres de mon jardin des feuilles d’aluminium. Certaines étaient accrochées à même les branches, tandis que d’autres viennent englober des objets suspendus à l’aide de ficelles – des bouteilles de Perrier, des casseroles. Certaines feuilles restent lisses, d’autres sont froissées. Les images sont brisées, floues. Chaque contour se transforme, diverge, converge, créant un objet totalement différent ; plus abstrait, plus lyrique – presque venu d’un autre monde. J’ai commencé par prendre de simple photographie avec une ouverture de f/5,6 et à la vitesse de 1/100e de seconde. J’ai décidé d’accentuer le flou, en utilisant une vitesse de prise de vue plus lente. Je bouge l’appareil photo pendant que j’appuie sur le déclencheur – d’avant en arrière, sur le côté, de manière circulaire, dans tous les sens. Et ce, de façon à transformer, presque redessiner les reflets, les lumières.

Je fais du light painting, à partir de reflets sur du papier d’aluminium et non à partir de source de lumière direct. Je crée ainsi une toute autre image à partir des contours d’une réalité bien présente. L’image semble tout droit sortie d’un conte. Quand je la regarde, j’aperçois une forêt venue d’un autre temps. Tout a une couleur gris bleutée. Et sur la droite, un farfadet ou plutôt une créature magique, surgit de derrière un tronc d’arbre. Il semble être apparu dans une tornade – dû aux mouvements circulaires de l’appareil de prise de vue. La lumière, le reflet raconte une nouvelle histoire. Et c’est à notre imagination de la percevoir. Chacun aura sa propre lecture de la photographie. Certains y verront peut-être un monde sombre et oppressant, d’autres y verront un monde fantastique, magique. Il s’agit de laisser parler nos sens. Personnellement, elle m’évoque une pièce de Shakespeare…

Camille Nivat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *