Rayons X

OK - Copie
(cc) Clémentine Le Roy (18/11/2014)

 

« Réaliser une photo, en intérieur, à partir de votre environnement proche, personnel, intime : amis, famille, objets, lieu de vie… en vous interrogeant sur ce que cet « environnement personnel » peut raconter à tous ». Ce que je redoutai arriva, plus rapidement que prévu : les mots « personnel », « intime », « proche » dans une même consigne. Les vidéos visionnées en cours sur le travail de certains photographes autour de cette question ne me sont d’aucun secours. Je suis même mal à l’aise devant certains clichés, trop intimes. L’impudeur de certaines scènes me renvoie à ma propre pudeur et me heurte. C’est ce que je suis : maladivement pudique, minutieusement précautionneuse sur les informations que je livre. Et faire l’aveu de ce trait de caractère, c’est déjà douloureux, c’est déjà trop.  Comment, dès lors, montrer ce que l’on ne veut pas montrer et qu’on protège farouchement ? Je réfléchis à l’exercice : je n’éprouve pas de désir à photographier quoi que ce soit. Je dois le faire. La nuance est essentielle et s’en ressent sur le travail final de n’importe quel artiste. Le désir est un élément crucial dans le processus de création : je n’ai encore rien pris, mais je sais que le résultat sera dérisoire. Mais j’essaye de trouver des solutions, des failles, des parades. En relisant la consigne, j’élimine certains termes pour n’en retenir qu’un : le mot « intime ». Je me demande alors jusqu’où on peut aller dans l’intime. En regardant dans le dictionnaire, je trouve cette définition : « qui est à l’intérieur et au plus profond ». À l’intérieur. Puisque je ne veux rien montrer de mon environnement, de ce qui m’est extérieur, alors je montrerai mon intérieur. Mon intérieur qui ne soumettra aucune interrogation, aucun questionnement, qui est à la fois le même pour tous et résolument unique : l’intérieur de mon corps.

Je collectionne les radios et les scanners : la tête, le dos, le poignet, le genou. J’ai presque de quoi reconstituer mon squelette. J’ai la cheville droite en ma possession. Je fais des tentatives à la lumière naturelle, sur ma fenêtre, puis sur une lampe. Je ne sais pas comment prendre la photo, comment constituer mon cadre. Je finis par trouver une solution en scotchant la radio sur le bord de ma bibliothèque et en l’éclairant par derrière avec une petite lampe. On ne voit qu’elle, elle occupe toute la place. Sur l’ordinateur je la recadre pour qu’elle soit droite, et je la mets en noir et blanc, mais la différence avec la photo originale se voit très peu. Les contrastes sont juste un petit peu plus accentués.

Dans la consigne, j’ai choisi les termes qui m’arrangeaient, j’ai platement éliminé ceux qui me dérangeaient. L’objectif principal était de « limiter la casse », en dévoiler le moins possible. Cette photographie fonctionne difficilement sans son texte, je le sais, voire ne fonctionne pas du tout. Ma cheville en vrac ne dit rien de mon environnement personnel, ne suscitera aucun émoi, aucune interrogation particulière, c’est ce que je cherchais. La vérité, c’est que je n’ai pas envie que mon environnement intéresse quelqu’un. Une fois cet article publié, les gens qui l’auront lu sauront que j’ai eu un problème à la cheville droite le 27 juillet 2004, et que cette radio a été faite au « CH de Dz ». Libre à eux de se raconter une histoire avec ça !

Clémentine Le Roy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *