L’oeil de la caméra

(cc) Camille Nivat (14/11/2014)
(cc) Camille Nivat (14/11/2014)

Capter l’intime? Qu’est-ce je peux photographier? Et surtout, qu’est-ce que j’accepte de montrer? Ces questions n’ont pas cessé de me trotter dans la tête. Il m’est impossible de remonter sur Paris… Je peux toujours prendre des clichés de ma chambre à Bordeaux, que j’occupe depuis plus de deux mois. Je laisse mes pensées divaguer, espérant que l’Idée puisse s’imposer à moi. Même si, je dois le reconnaitre, je suis complètement perdue. Je n’ai pas la moindre idée de comment aborder ce sujet. J’ai peur de terminer avec une photo prise  à contrecœur, qui ne me convient pas. Jeudi soir, dans ma chambre, je regarde autour de moi. L’inspiration ne vient vraiment pas. Bien que mes affaires aient envahit l’espace, je ne sais vraiment pas comment cette pièce peut rendre compte de ma vie, de qui je suis. Et puis, je décide, sans grande convictions, de photographier ma chambre, dans sa globalité, puis de manière morcelée. Je me focalise sur un objet, puis sur un autre, puis sur les deux en même temps. Mais les clichés qui résultent de cette expérience ne me conviennent absolument pas. Il faut le bien dire, elles sont nulles. Rien n’en ressort; elles n’expriment rien.

Dans mon errance photographique, je me prends à photographier tout et n’importe quoi – des détails sans grand intérêt. J’en arrive même à prendre des clichés de la serrure de la porte de ma chambre. Mais avant, je décide de passer en mode manuel. Je règle approximativement la vitesse de l’obturateur, puis je change rapidement l’ouverture du diaphragme. Je n’ai pas pensé à noter ces informations, ce qui me rend incapable de donner des chiffres précis. J’appuie donc sur le déclencheur, en essayant d’imaginer ce que la photographie pourrait rendre. Je cherche à rendre net les éléments qui se trouvent de l’autre côté de la porte – sans succès. Sans même regarder le résultat de la photographie, je change les données de l’appareil et je reprends des clichés du même objet. Une dizaine de minutes plus tard, je me retrouve avec une série de photo de serrure. Et contre toute attente, cette série m’inspire. Ce qui se trouve derrière la serrure reste totalement invisible. En revanche, mon reflet se dessine dans le contour de la serrure; pas de façon nette, mais c’est ce qui rend la photo intéressante.

C’est l’imprévu, l’erreur qui surgit de cette photo. En effet, ce n’est pas du tout le cliché que je cherchais à prendre. Je voulais voir ce qu’il se passer de l’autre côté de la porte, mais c’est mon visage qui m’est revenue en pleine face – si je puis dire. Je me retrouve face à moi-même. Et, je ne sais pas pourquoi, cela a créé une forme de malaise chez moi. J’ai toujours fui les appareils photos, sauf quand c’était moi qui le maniait. Je me suis alors demandé pourquoi. Le dédoublement, la photographie, pourquoi nombre de gens redoute d’être pris en photo ? Est-ce par peur du résultat ? Par peur de se retrouver face à soi-même, de voir imprimer sur la pellicule le moindre de ses défauts ? Par peur du jugement ? Ou alors est-ce par simple égoïsme, de voir inscrit son corps sur un objet extérieur – comme s’il ne nous appartenait plus ? D’autres vont pouvoir regarder attentivement chaque parcelle de vous-même, chaque détail. Presque s’approprier votre corps… Ou bien la photographie révèle quelque chose qui va bien plus loin que l’enveloppe charnelle? L’œil de l’objectif parvient à capter une réalité qui va au-delà de la façade, du masque que l’on se crée en société. Il serait donc capable d’atteindre une part de nous, que nous ne souhaitons pas montrer aux autres, à nous même, dont nous n’avons peut-être même pas conscience.

Camille Nivat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.