Jouer cartes sur table

Jouer cartes sur table
(cc) Adélaïde Michel (17/11/2014)

Je me souviens d’avoir très tôt été touchée par le travail de l’artiste contemporain Daniel Spoerri, qui dans ses readymades, collectait, assemblait, collait des objets dans des compositions que l’on qualifiait de « natures morte réelles ». Fixant ainsi le temps, il amenait le spectateur à entreprendre une réflexion sur ces banals objets du quotidien. Loin de moi l’envie d’amener une quelconque réflexion anthropologique, j’ai avant tout composé ma photographie dans un but esthétique : ma grande table basse industrielle serait la base idéale de cette composition, palette témoin de mon quotidien.

L’assemblage s’est fait naturellement. Ces objets faisant parti de mon environnement, représentant des goûts, des intérêts ou des souvenirs, chacun a trouvé sa place dans ce tableau qui se dessinait devant moi. Le choix de prendre la photo en plongée me paraissait évident afin d’insister sur l’idée de composition de cette image et de permettre à chaque élément de ce désordre ordonné de se détacher des autres.

En soumettant cette photographie à l’aval de deux de mes amies, j’ai apprécié que chacune d’entre elles y remarque des détails différents. Je me suis alors rendue compte du potentiel que représentait l’interprétation de cette image. Je l’ai fait suivre à d’autres personnes me connaissant à différents degrés, en leur posant la question suivante « Cette photo me représente, qu’est-ce que tu y comprends? ». Au fond, il n’y a pas une multitude de façons d’interpréter cette photo. Il y a ceux qui connaissent l’histoire de ces objets, et les autres. Ceux qui ne la connaissent pas peuvent tout voir d’une façon plaisante, idéale, me reconnaître un caractère joueur ou enfantin, tandis que les autres voient les choses d’une perspective tout à fait différente, comprennent la multitude de sens cachés et les références à certaines personnes et certains moments de ma vie. Finalement cette double lecture, c’est une manière originale de voir comment l’autre peut nous percevoir, selon ce qu’il sait de nous, à travers des raccourcis faciles, des idées préconçues, et ce qu’on lui laisse entrevoir de notre environnement personnel.

Adélaïde Michel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.