E=m.c2

(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)
(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)

En rattrapant le cours de photographie, je suis tombée sur les photos de Sophie Calle dont la multitude et la simplicité m’ont touché. Je voulais faire comme elle, un triptyque sur le quotidien. Le quotidien peut apporter un bien-être : c’est une machine bien rodée qui libère l’esprit, la marque du temps passé, d’un changement, d’un tic et d’un toc. Les gens sont beaux dans leur naturel et leurs manies. J’ai donc voulu photographier mon quotidien. Beaucoup de choses se présentaient à moi, mais savoir ce qui serait intéressant pour autrui à vraiment réduit le champ.

Mon choix s’est arrêté sur un quotidien commun à tous : les courses ! C’est une obligation, une habitude que nous avons tous, mais que nous exécutons de manières différentes. Ne pouvant pas faire de triptyque, j’ai choisi une autre méthode pour montrer le quotidien qui se répète. J’ai placé l’appareil photo en face de la cuisine. L’angle est large pour garder l’impression de capter le réel et pour que techniquement, les sujets ne soient pas coupés. La vitesse d’obstruction est lente pour créer cet effet de mouvement : le sujet devient un flou coloré.

Les courses rangées, une photo est ressortie, celle-ci. Pourtant avec le recul il y a tellement de choses que je changerais, mais le cliché deviendrait trop travaillé : le quotidien serait trop mis en scène et ce n’est pas le but voulu. Dans cette image, je suis la seule en mouvement : une comparaison se fait instinctivement entre les deux sujets. Ce mouvement représente beaucoup de choses : mon compagnon travaille, se fixe sur Bordeaux, il est posé dans son quotidien ; tout au contraire, je suis étudiante, je n’ai pas d’horaires, mon avenir est incertain, mon quotidien n’est que les bribes de celui que j’avais chez mes parents et de celui que je me crée. Pourtant, les courses sont devenues notre quotidien commun : que veux-tu manger ce soir ? Nous avons donc chacun notre quotidien et un quotidien, celui du couple qui mixe les deux en un compromis plus ou moins équitable. Le quotidien est comme le temps, il est relatif.

Julie T.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *