Madame la gare et ses aurevoirs

Billet 1
(cc) Manon Sultana (19/10/2014)

Dimanche 19 octobre 2014, environ 19h. J’aime les gares, elles ont du charme. Il s’y passe tellement de choses: des retrouvailles douloureuses, joyeuses, des rencontres inattendues, inespérées, des laissés-pour-compte sur les quais, des gens tristes sur la place 12, voiture 6. C’est un lieu parmi d’autres où on se dit au revoir, adieu, à bientôt. Un regard, un sourire et hop le train démarre. Pour l’avoir vécu et écrit dessus, je voulais capturer des adieux à la gare. Tout comme l’aurevoir déchirant de Geneviève et de Guy dans Les parapluies de Cherbourg. Tellement d’aurevoirs différents et plus ou moins longs mais si marquants. Une photo volée, un instant de transition, un départ.

Je savais que je voulais une photo d’amants à la gare. Je me suis dit qu’un dimanche vers 19h, après un weekend bien chargé, ils seraient là. Et oui, ils attendent les aurevoirs et je les attends. Dès que je rentre dans la gare je vois un train pour Tours arriver, et c’est le moment. Alors je prends l’appareil photo et je les mitraille. Je ne suis pas très discrète, des passants me remarquent mais eux non, ils sont bien trop occupés et je les comprends. J’attends que le train parte et je baisse les bras, comme la jeune femme qui le laisse partir. Je viens d’être témoin d’une scène quotidienne de gare, il y en a eu tant des histoires si singulières et pourtant ordinaires pour madame la gare. Elle s’en remettra, mais eux ?

Je voulais cette photo et grâce à eux je l’ai eue. Mais un train avant, un train après et le résultat aurait été différent. J’ai regardé toutes les photos et celle-ci me plaît. Il y a le mouvement du train qui arrive, et des futurs passagers autour. Tout le monde est en attente, mais pas eux. Ils profitent du moment, des derniers instants sous le grand toit de la gare. Comme si le toit de tuiles couvrait les amants et que le bleu de la sortie leur faisait se souvenir qu’il faut partir. Le mouvement de ceux qui partent, du train et des autres voyageurs fait contraste avec les amants et la gare qui elle reste et s’imprègne de ses visiteurs passagers. J’ai entendu une phrase quelque part, qui me fait penser à ce que les deux amants doivent se dire a ce moment-là : « C’est pas beau de manquer ».

Manon SULTANA


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.