Couleurs musicales

(cc) Floriane Rivery (21/10/2014)
(cc) Floriane Rivery (21/10/2014)

Mon intention première n’était pas de photographier un musicien dans la rue. Je souhaitais d’abord photographier une fin de marché, le mélange des générations en quête de leurs cinq fruits et légumes quotidiens recommandés. Je suis repartie mon appareil dans la main, déçue de n’avoir aucune photographie satisfaisante, et me suis rendu compte qu’en imaginant le cliché parfait, qu’en étant à la quête du moment parfait, je n’obtiendrais rien de bon. J’ai donc décidé de me poster dans une rue et d’observer, d’attendre que quelque chose se passe. L’heure tourne, les gens marchent, mais rien n’arrive. Je remarque bien quelques personnes, mais elles disparaissent instantanément. Je ne le sais pas encore, mais ma photographie arrive avec ce jeune homme qui sort un banjo de sa case.

J’écoute sa musique, prend quelques clichés mais tous se ressemblent, aucun ne me plaît. Puis arrive l’enfant, accompagné de sa mère : il s’arrête, tape du pied, commence à danser. Je sais qu’il sera le sujet de ma photographie. Je décide donc de m’approcher, discrètement et en restant en retrait : je ne veux pas m’immiscer dans la scène. C’est pour cela que j’ai photographié en zoomant. Je ne voulais me faire voir ni du musicien, ni de l’enfant, et souhaitais que ce dernier profite de cet instant de partage sans intrusion extérieure. L’enfant danse donc, puis tend au musicien une pièce donnée par sa mère : j’aurais pu m’arrêter là, penser que la scène se terminait et ranger mon appareil. Mais j’ai senti que cet enfant n’avait aucune envie de partir. Je suis restée et ai continué à photographier.

Ce cliché est l’un des derniers que j’ai pris avant que l’enfant et sa mère reprennent leur route. C’est le seul instant durant lequel aucun passant n’a traversé le cadre de cette photographie : il n’y a plus que ce petit garçon, accompagné, et le joueur de banjo. Pour l’enfant, il est la seule chose existante à cet instant, plus rien autour n’a d’importance. J’aime comment son expression faciale trahit son admiration face au musicien. Lui qui quelques minutes auparavant ne tenait pas en place est maintenant immobile, happé par la musique. Je n’ai pas voulu modifier les couleurs de cette photographie ou utiliser le noir et blanc. Je tenais à garder les bleus et les rouges, qui ressortent particulièrement au milieu des tons gris.

Floriane Rivery

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.