“Satisfaction garantie” – séquence 18

La pendule sonna huit heures qui lui parurent  autant de pulsations chargées d’angoisses. Elle se tourna vers Tony:

“Ils vont bientôt arriver il ne faut pas qu’ils sachent…”

Elle le considéra un moment d’un regard fixe

“Tony” dit-elle d’une voix à peine perceptible. “Tony !” répéta-t-elle avec force, et cette fois ce fut presque un cri de douleur. Mais ses bras l’enlaçaient à présent le visage du robot était près du sien; son étreinte s’était faite impérieuse. Elle perçue sa voix au milieu d’un tumulte d’émotions où il lui semblait se perdre comme au fond d’un brouillard.

“Claire, disait la voix, il est bien des choses que je ne suis pas fait pour comprendre, et ce que je ressens est sans doute de celles-là. Demain je dois partir et je ne le désire pas. Je découvre qu’il y a plus en moi que le simple désir de vous satisfaire. N’est-ce pas étrange ?”

Son visage s’était rapproché; ses lèvres étaient chaudes mais ne laissaient filtrer aucune haleine… car les machines ne respirent pas. Elles allaient se poser sur celle de la jeune femme.

…..A ce moment la sonnette de la porte d’entrée tinta.

(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (le 23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)

“Satisfaction garantie”, où comment les robots – créés par des hommes – ont sauvé la vie des hommes, en permettent à leurs femmes de rester gentiment au foyer, avec de beaux habits, en plus. Dommage, j’aime beaucoup cette nouvelle, quand même. Ces derniers temps je regarde cette série “Real Humans”, une fiction fantastique parlant de vrais-faux robots. A mon avis, ils se sont un peu inspirés des nouvelles d’Asimov. C’est suédois, l’ambiance y est très lumineuse, un peu comme dans les publicités Kinder (celle d’il y a longtemps, avec le petit garçon blond, pas celle avec le joueur de tennis).

Pour ce story-board, j’ai donc décidé de faire l’inverse. J’ai essayé de retranscrire une atmosphère très sombre, permettant d’être en adéquation avec les émotions de Claire. Plutôt que d’enchainer des plans où elle se tourne, marche, bouge, je voudrais que l’éclairage remplace les mouvements des personnages. Cette scène comporte beaucoup de gros plans ou de plans serrés : c’est un moment clef dans la nouvelle, celui où le robot avoue qu’il a des sentiments qu’il ne comprend pas (notons qu’il n’y a pas que les robots qui ne comprennent rien). Le seul plan “large”, vu de loin, sera celui de la porte sonnant la fin de leur union, une ouverture sur autre chose, une autre vie pour Claire et Tony.

Morgane Kerarvran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.