Foetus

(cc)Moyano Lucile(16/03/14)
Foetus. (cc) Moyano Lucile (16/03/14)

La femme est être si changeant qu’elle se fait et se défait sans logique. Couche par couche, elle s’éparpille et se réassemble comme un patchwork constitué de minces pellicules éphémères, en perpétuelle régénérescence. Mais, si multiple qu’elle soit, ici il n’y a rien ou pas grand-chose. C’est un retour à l’épuré, traversé d’une bande qui symbolise la fissure. A côté d’elle se superpose l’image d’un homme renversé. Il masque et obscurcit le regard, tout en mettant en abîme la nudité du sujet. Deux corps collés, pourtant enfermés chacun dans leur espace, si lointains que toute fusion est impossible. Réduit et vulnérable, ici l’homme-fœtus est sans matière, comme un souvenir.

Pour ce collage autour du thème du portrait, je souhaitais exploiter un autre type de support. Il m’est alors venu à l’idée que je pouvais coller directement sur mon propre visage, afin de bénéficier du relief que celui-ci offrirait aux pièces de papier. L’aluminium semblait être le matériau le plus approprié pour épouser les contours, et la bande collée sur le coté droit de mon visage devient alors une sorte de maquillage futuriste en surimpression. Pour compléter ma composition, j’ai utilisé un cliché de Robert Mapplethorpe  intitulé Ajito. J’apprécie cette photo entre autres pour l’unité graphique qui s’en dégage, et l’opposition qu’elle crée par rapport à la bande blanche qui lui fait face. Le fait de renverser ce nu masculin renforce la vulnérabilité du modèle, tenu entre deux doigts par le sujet féminin.

Lucile MOYANO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.