La vase à mille temps

Il fallait que je m’essaie à la vidéo expérimentale après avoir vu les films en cours. Une petite caméra et un logiciel de montage suffiraient à expérimenter quelque chose, créer des images qui ne prendraient sens qu’une fois montées les unes à la suite des autres.  Mais il ne fallait pas donner de sens,  inventer plutôt du non-sens. Mon idée fut alors de modifier le temps, modeler celui-ci et distordre toute trace de réalité. Pour chaque scène, un procédé me permettrait alors de jouer là-dessus : poser une caméra en pleine rue et me mouvoir lentement vers elle, me recouvrir le visage d’argile ou encore capturer les gestes d’une danseuse, que je sculpterais à ma façon lors du montage. Je pouvais jouer aussi avec le visuel de chaque images, et retoucher les couleurs au hasard, jusqu’à trouver le ton miracle. Enfin, une petite valse en mineure viendrait soutenir le paysage, âcre et vaseux.

Finalement, consciemment ou non, la réalité est là. Ce qui m’aurait permis de perdre le spectateur, c’est-à-dire le temps, devient le sujet même de la vidéo. Des bruits de pendule bien trop explicites. Des images qui parlent d’elles-mêmes. Le tout prend forme et tient un propos. Il n’est plus expérimental bien qu’à la base lui-même expérience. Il cherche l’incohérence dans sa cohérence impudique.

Tristan Leyri


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.