Sans fin

(cc) Morgane Kerarvran (le 01/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (le 01/03/2014)

Pour ce travail, j’ai joué avec plusieurs des photographies faites lors des billets précédents. Quand je dis jouer, ce n’est pas figuratif, c’est littéral. J’ai griffonné sur chacune d’entre elles, gommant certains personnages,  bougeant les formes, modifiant la saturation, si bien qu’elles étaient toutes méconnaissables.  Finalement je n’en ai gardé que deux : la plus sombre et la plus lumineuse. Le contraste laissait présager quelque chose d’intéressant, et j’espérais créer une ambiance, une esthétique fantastique. Sans me donner d’instruction précise , j’ai découpé des morceaux d’images, et j’ai tenté de les fondre entre elles. Je n’avais fais aucun croquis, aucun schéma, je me suis laissée porter par les outils photoshop, testant, retouchant, découvrant certaines fonctions que je ne connaissais pas. Tout ce que je désirais, c’était de ne pas faire d’abstrait, pour changer.

Le résultat ci-dessus me plait. Même si le personnage n’est pas à la hauteur de mes espérances, dessiner avec un trackpad n’étant pas évident, l’ambiance est là. Tout se chevauche, s’entrelace. Je n’aurais jamais créé une “oeuvre” de ce style si j’avais dû la planifier, anticiper plus le résultat. Normalement, on écrit, on fait des esquisses préparatoires. Ici, j’ai dû y aller au “feeling”, ce qui m’a permis de découvrir des nouvelles façon d’agencer, de faire avec du déjà fait. Finalement rien n’est jamais terminé, cela me plait. Je ne sais pas exactement pourquoi je me suis arrêté à ce résultat, je trouve qu’il n’en faut pas plus et cette image représente bien l’univers esthétique que je me suis forgée ces vingt trois dernières années.

Morgane Kerarvran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.