Une Nouvelle Nuit

J’avais cette chanson de Nina Simone qui me trottait dans la tête. Plus précisément, qui flottait. Je souhaitais qu’elle fasse flotter à son tour les images que je lui apposerais, suivant un rythme lancinant que soulignerait le procédé du montage. Ces deux séries de photos ont aidé à construire mes précédents billets, puis se sont vues reléguées au rang de simple brouillon. C’est un mélange mélancolique, ou le diaporama de la deuxième chance. Avec leurs formes semblables et toutes leurs différences, je voulais créer un film. Comment faire danser ces images immobiles ? Le montage m’a permis de leur conférer un mouvement artificiel, de leur apposer un rythme afin de les faire rentrer dans la trame du temps. Grâce aux effets de couleurs et de filtres, les matières se démultiplient, les contrastes se creusent, et une photo devient plus qu’une simple photo. Il ne me restait alors plus qu’à harmoniser le tout pour hisser cet enfilement d’images à la hauteur de la mélodie qui le berce.

Feu égal feu, mouvement égal danse, et la voix qui plane rythme le temps. C’est peut-être l’histoire d’une flamme qui monte, qui crépite, et consume avec elle une vie pleine de lumière. C’est l’histoire d’une jeune fille qui doit changer de peau, luttant contre le temps. C’est l’histoire de ses souvenirs. La flamme s’éteint, le cycle se termine, et la voix qui chante un nouvelle aurore souligne la triste ironie d’un destin déjà mort. Voix sans musique, image sans mouvement. C’est l’histoire d’un manque, un vide qui va trop vite. Sans air, la flamme s’asphyxie. La femme aussi.

Moyano Lucile


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.