Récréation psychédélique

Pour ce neuvième billet sur le cinéma expérimental, je me suis laissée tenter par la réalisation d’une vidéo. Pour cela, j’ai sélectionné des rushes que j’avais déjà, afin de me focaliser sur le traitement de l’image. J’ai choisi des rushes avec des personnes en mouvement pour mieux percevoir les traitements appliqués. Une fois les rushes posés aléatoirement sur la timeline, j’ai essayé une grande partie des effets vidéo disponibles dans le logiciel Premiere Pro et j’ai fini par appliquer les filtres « solarize » et « posterize » sur chacun des rushes.  Pour qu’ils n’aient pas tous le même rendu, j’ai retourné horizontalement certains rushes, et ajouté l’effet « mirror » à d’autres. J’ai joué avec le degré de réflexion du miroir jusqu’à ce que l’effet me convienne. J’ai enfin appliqué l’effet « magnify » sur un rush, pour créer un rond dans l’image qui reproduit une partie de cette image en plus ou moins zoomé. J’ai enfin superposé quelques rushes en jouant sur l’opacité et j’ai augmenté les contrastes de tous les rushes. Ces derniers s’enchaînent sans ordre logique, je les ai simplement déplacés et redéplacés jusqu’à ce que l’enchaînement me plaise. En revanche, je n’ai pas pu m’empêcher de mettre des bruitages pour ajouter une ambiance sonore à la vidéo.

En regardant la vidéo quelques jours après l’avoir réalisée, j’ai pu l’appréhender de façon plus objective. Elle peut projeter le spectateur dans une ambiance angoissante au travers de couleurs et effets que je trouve assez psychédéliques. Cette vidéo donne l’impression que l’on se trouve dans une sorte de dimension parallèle. C’est comme si on espionnait des enfants qui jouent depuis une autre dimension ou depuis un autre espace temporel. On pourrait même croire qu’on les observe depuis l’au-delà, car les couleurs et les effets donnent un aspect fantomatique et spectral aux images. C’est pourquoi cette vidéo me fait également penser à la Science-Fiction. Du point de vue des enfants, elle pourrait représenter l’univers irréel et imaginaire dans lequel ils se projettent lorsqu’ils jouent.

Laetitia STOFFEL


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.