La narcisse et l’inconnue

(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)
(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)

Image ordinaire, le portrait n’a cessé d’être réinventé depuis l’histoire de la photographie. Portraits de famille, de face, de dos, pour la postérité ou pour laisser un souvenir intime à quelqu’un de cher, la représentation n’a rien d’original. L’autoportrait suscita chez Baudelaire un certain dégoût, précurseur de ceux qui critique notre société de l’image et du réseau social tout puissant : ” société immonde qui se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur le métal”. Pourtant, pour réaliser un exercice de trompe l’œil, je trouve le portrait fascinant, car il amène un jeu de cache-cache, pose l’éternelle question de l’identité.

Juchée dans la salle de bain, je me tords dans tous les sens, un appareil dans une main, un miroir argenté dans l’autre. Jeu de reflets, je voudrais prendre en photo les miroirs imbriqués les uns dans les autres, en mise en abîme. L’exercice tourne court, c’est trop évident. L’appareil est trop visible, on comprend immédiatement quelle image est l’originale et d’où viennent les reflets. Je fais des essais en fixant un collant sur l’objectif, ce qui amène un effet granuleux à l’image. Mais la luminosité n’est pas suffisante, je renonce et me contorsionne à nouveau.

Finalement, en triant, je choisis une photo énigmatique. La duplication de l’image donne une impression de mouvement, d’autant que l’expression d’une face du miroir à l’autre semble différente. Ce portrait, voilé par le trompe l’œil du miroir, et du collant sur l’objectif, en est t’il toujours un ?  Je découvre non pas un narcisse mais une inconnue.

Florence Delavaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.