Sur la route

(cc) Manon Harsigny (09/02/2014)
(cc) Manon Harsigny (09/02/2014)

Sur le chemin de retour de la montagne, je peine à garder l’oeil ouvert. La route défile toujours plus monotone et m’éblouit dès qu’une autre voiture croise notre chemin. Je suis sur le point de m’endormir mais les irrégularités de la chaussée ne cessent de me tirer de ma torpeur. Mon amie au volant paraît également hypnotisée par cette double voie sans fin. Elle semble tracer la route au fur et à mesure de sa progression, ses phares la dessinent à chaque mètre franchi et seconde écoulée. Lorsque je m’attarde sur son regard, je distingue la route se réfléchir dans ses yeux et éclairer le haut de son visage. Les lumières tantôt rouges, tantôt jaunes clignotent sur sa peau au gré du voyage.

J’ai souhaité rendre compte de cette épilepsie hébétante à travers une photographie conceptuelle. J’ai ainsi sorti mon bridge et ai commencé à varier la vitesse d’obturation ainsi que la focale pour faire apparaître la route sur le capteur. Cinq secondes suffisent amplement à la dessiner et à outrepasser l’obscurité nocturne. Je désire ajouter à cette couche de route claire, le visage de mon amie qui tient le volant depuis déjà plus de deux heures. C’est donc à l’aveugle que je fixe mon objectif sur elle d’abord quelques secondes puis 10 et finis par réimprimer l’autoroute durant les 3 secondes restantes. J’intervertis ensuite le mécanisme en me focalisant en premier lieu sur la route puis plus longuement sur ma conductrice. Son visage est parfois trop centré, je m’efforce alors de la faire apparaître, toujours à l’aveugle, dans la moitié gauche de la photo afin d’aligner la voie sur son regard. J’y ajoute un mouvement latéral un peu saccadé et les lignes se dessinent, plus irrégulières. Je m’exalte à chaque prise de vue ! Je ne prends plus une photo en me fiant à l’aperçu du viseur mais j’anticipe un rendu incertain selon le temps d’exposition, mes gestes, le passage des voitures et les tremblements de l’autoroute.

J’ai longuement hésité sur le choix de la photo exprimant le mieux cette expérience de photographie nomade nocturne. J’ai finalement opté pour l’une des plus sobres du lot afin de rendre compte plus sincèrement de mon état de semi-veille hypnotique. Ici le visage de mon amie apparaît flou, spectral, il surplombe la voie et pointe son regard vers l’horizon. Plus clair en haut, il s’efface ensuite pour laisser place à la route lumineuse. Ses lignes initialement droites deviennent irrégulières vers un point de fuite invisible. Elles symbolisent à mes yeux la fatigue de la conductrice qui, peinant à distinguer la route lointaine, voit sa vision se dédoubler et se troubler là où l’obscurité de la nuit se heurte à la clarté de la chaussée. Cette juxtaposition de plans horizontaux contrastés pourrait d’ailleurs donner à voir un clignement de paupière révélateur d’un sommeil menaçant. Les rayons lumineux semblant émaner des yeux de la figure féminine illustrent la focalisation de son regard sur l’horizon et évoquent les tracés de la route, ils instaurent un parallèle entre les yeux de la conductrice et les phares de sa voiture. Ces rayons aux allures de sommets montagneux accompagnent notre regard dans la photo, soulignant ainsi un sens de lecture naturel en « Z ». Il part du visage de profil, se perd dans l’obscurité et se recentre sur la route qui s’échappe. La pose longue a permis de mettre en valeur ce défilement spatial et temporel en imprimant notamment sur le capteur l’image multiple du panneau de signalisation. La différence d’échelle entre le visage et la route marque l’étrangeté du cliché et suppose soit l’existence d’un reflet dans le pare-brise soit une imbrication de plans plus travaillée, exprimant dans les deux cas l’impression fantomatique d’un rêve itinérant.

Manon H.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.