Fantômes

(cc Gaylord Gauvrit 09/02/14)
(cc Gaylord Gauvrit 09/02/14)

La photo fige l’action pour immortaliser un instant de vie. Mais lorsque la vie s’arrête c’est la mort qui nous fige à jamais. Peut-être est-ce alors ma propre expérience de la mort, mon traumatisme face à ce corps figé qui m’a poussé vers l’image animée et l’interactivité. Comment alors redonner vie à l’image fixe et ainsi capturer l’action, la vie, l’animation ? Une problématique loin d’être contemporaine puisque c’est elle qui a mené les frères Lumières vers l’invention du cinéma.

Aujourd’hui je souhaite faire le chemin inverse. Capturer l’action cinématographique dans une unique photo. En fixant un espace comme référence visuelle et en superposant plusieurs instants, le temps pourra alors apparaître. J’ai donc choisi un plan fixe de cinéma que j’ai photographié en appliquant un long temps de pose. Par accumulation de segments, différents fantômes des personnages se sont alors imprimés, créant une illusion de mouvement. L’effet est renforcé par le décor et quelques accessoires qui ne bougent pas et permettent ainsi de figer l’espace pour mieux matérialiser le temps.

Cette image est un entre-deux. Fixe et animée elle est l’intersection entre la vie et la mort. Défigurant les personnages elle fait appel au souvenir du spectateur pour qu’il identifie la scène qui s’anime. Elle renforce ainsi l’impact de l’action sans pour autant avoir la force traumatisante de la vraie séquence, cette scène culte du viol dans Irréversible. Elle en résume pourtant l’essence et je pense qu’il serait intéressant de tester le concept sur d’autre séquence culte du cinéma. En améliorant le matériel de prise de vue et en projetant l’image sur grand écran, l’impact pourrais par ailleurs être renforcé.

Gaylord Gauvrit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.