« Satisfaction garantie » – séquence 11

Elle remarqua que Tony continuait à feuilleter les pages – vainement, aurait-on pu croire, et elle sentit monter en elle un soudain sentiment de supériorité qui lui procura un certain soulagement :
–  Vous ne savez pas lire, n’est-ce pas ?
Tony leva la tête :
–  Je suis en train de lire, madame Belmont, dit-il dune voix calme, sans la moindre nuance de reproche.
Elle désigna le livre d’un geste vague :
–  Mais…
–  J’explore les pages, si c’est là ce que vous voulez dire. Ou, si vous préférez, je les photographie en quelque sorte.
Le soir était déjà tombé ; lorsque Claire se mit au lit, Tony avait parcouru une grande partie du second volume, assis dans l’obscurité, ou du moins ce qui paraissait être l’obscurité aux yeux imparfaits de Claire.
Sa dernière pensée, celle qui vint l’assaillir au moment où elle sombrait dans le néant, fut une pensée bizarre. Elle se souvint de nouveau de sa main ; du contact de sa peau, douce et tiède comme celle d’un être humain.
Quelle habileté on déployait à la fabrique, pensa-t-elle, puis elle s’endormit.

"Satisfaction Garantie" - séquence 11 (cc) Laetitia Stoffel (16/02/2014)
« Satisfaction Garantie » – séquence 11 (cc) Laetitia Stoffel (16/02/2014)

Le story-board est la représentation illustrée d’un film avant sa réalisation. Il permet de planifier de manière technique les différents plans qui constitueront le film. J’estime que le plus important dans le storyboard, c’est le cadre et l’angle de prise de vue. C’est pourquoi je me suis particulièrement penchée sur ces deux éléments lors de mon élaboration du story-board pour la séquence 11 de la nouvelle « Satisfaction garantie », écrite par Isaac Asimov. En revanche, j’ai laissé de côté d’autres éléments tels que la couleur ou la texture des vêtements.

Pour réaliser le story-board de cette séquence, j’ai tout d’abord choisi de dessiner un premier plan d’ensemble pour poser les personnages et les placer dans le contexte. Je me suis inspirée de différentes images sur Internet pour dessiner le salon dans lequel se trouvent les deux personnages. Pour le deuxième plan, j’ai pensé à un plan serré, afin de mieux distinguer les traits des personnages. Ce plan a été le plus difficile à faire, car je ne suis pas très à l’aise en dessin, en particulier pour dessiner les expressions du visage, qui sont particulièrement compliquées à mettre à plat sur du papier. Pour le troisième et dernier plan, je pensais tout d’abord dessiner la fin de la séquence, mais il y avait trop d’éléments pour un seul plan. Je me suis donc concentrée sur la pensée qui assaillit Claire au moment où elle s’endort, car je trouvais que c’était ce qui serait le plus facile à représenter à travers le dessin. J’ai dessiné un visage et une silhouette endormis, et pour exprimer la pensée du contact chaud de la main de l’humanoïde avec celle de Claire, j’ai dessiné deux mains entrelacées dans une bulle en forme de nuage, raccordée au personnage allongé dans le lit. Dans la réalisation concrète du film, il faudrait élaborer une transition entre l’image de Claire assoupie et la vision qui l’obsède.

Laetitia STOFFEL


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.