« Satisfaction garantie » – séquence 9

Pourtant, elle s’écria soudain dans une explosion de chagrin :
– M. Belmont ne pense pas que je possède de cerveau, si vous voulez tout savoir… et sans doute n’en ai-je pas !
Elle ne pouvait se laisser aller à pleurer devant lui. Il lui semblait qu’elle devait sauvegarder l’honneur de la race humaine en présence de la création qui était sortie de ses mains.
– C’est tout récent, ajouta-t-elle. Tout allait bien lorsqu’il n’était encore qu’un étudiant, lorsqu’il débutait. Mais je suis incapable de jouer le rôle de la femme d’un homme important; et il va devenir important. Il voudrait que je me fasse hôtesse et que je l’introduise dans la vie mondaine… comme… comme Gladys Claffern.
Elle avait le nez rouge et elle détourna la tête.
Mais Tony ne la regardait pas. Ses yeux erraient à travers la pièce :

– Je peux vous aider à diriger la maison.
– Mais elle ne vaut pas un clou ! s’écria-t-elle farouchement. Il lui faudrait un je ne sais quoi que je suis incapable de lui donner. Je sais seulement la rendre confortable; mais jamais je ne pourrai lui donner cet aspect que l’on voit aux intérieurs représentés dans les magazines de luxe.
– Est-ce le genre que vous aimeriez ?
– À quoi servirait-il de désirer l’impossible ?
Les yeux de Tony s’étaient posés sur elle :
– Je pourrais vous aider.
– Connaissez-vous quelque chose à la décoration intérieure ?
– Cela entre-t-il dans les attributions d’une bonne ménagère ?
– Certainement.
– Dans ce cas, je peux l’apprendre. Pourriez-vous me procurer des livres sur le sujet ?
C’est à cet instant que quelque chose commença.

(cc) Tiphaine Robion (08/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (08/02/2014)

Cette séquence comporte beaucoup de dialogues et relativement peu d’action. Ainsi, pour ne ne pas lasser le spectateur et perdre son attention, j’ai choisi des valeurs de plan et des mouvements de caméra variés : tout d’abord, la scène commence par un plan de demi-ensemble, puis la caméra dé-zoome petit à petit pour arriver à un plan d’ensemble, afin de faire découvrir au spectateur le peu de décoration installée par Claire dans sa maison, et ainsi appuyer le dialogue sur la décoration d’intérieure. Ce n’est qu’à la fin de la scène que l’on découvre vraiment Tony, de face, qui converse avec Claire, en plan moyen (à droite de la première vignette).

Pour réaliser ce story-board, j’ai découpé la feuille en trois parties de 16 centimètres sur 9 centimètres, afin de représenter un écran 16/9e et donc, rendre plus facile l’adaptation du story-board en film. Il était difficile de représenter une scène entière en trois vignettes seulement, c’est pourquoi j’ai choisi trois plans représentatifs et indiqué les mouvements de caméra et les dialogues en annotation (colonne de droite). Après de nombreux essais, n’étant pas à l’aise avec la technique du dessin, j’ai préféré représenter les personnages de manière simple, afin de ne pas encombrer le story-board avec des traits incompréhensibles.

Tiphaine Robion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.