La page blanche

La page blanche
La page blanche. (cc) Manon Harsigny (26/01/2014)

Fascinée depuis fort longtemps par le métier de scénariste, je me confronte aujourd’hui à la réalité de cet exercice de style. Ecrire, déconstruire, réécrire jour et nuit. […] Respirer […]. Recommencer et se heurter à la page blanche ! Froide et vide, elle me renvoie à ma solitude, me confronte à mes angoisses et me pousse à mettre de ma personne dans le scénario auquel je m’attaque. L’enjeu est finalement de ne pas se perdre dans les méandres de cette feuille faussement limpide.

Il m’est apparu pertinent de faire mon autoportrait d’apprenti scénariste en reprenant le concept de la page blanche à travers un collage. Ma base en est d’ailleurs sa première évocation. Il s’agit en effet d’un large support blanc que mon collage laisse généreusement entrevoir. La seconde couche est un cadre en aluminium évoquant le miroir de la page blanche et ainsi le reflet de l’auteur – en l’occurrence moi – qui, confronté à son image et rien d’autre que celle-ci, doit trouver de quoi alimenter son histoire. Cette feuille métallique plissée constitue ici le miroir de l’âme du scénariste qui transparait de façon plus ou moins subtile et complexe dans ses scenarii mais elle réfère aussi directement au 7ème Art via la lumière qu’elle réfléchit de tous bords. Le cadre volontairement désaxé et les pages de scenario arrachées évoquent également ce tourbillon introspectif qu’est l’écriture scénaristique. Elles mettent l’emphase sur les allers retours indispensables à ce type d’écriture éprouvante. Le jeu d’ombres et de lumières, réfléchit par l’aluminium, achève de renvoyer au cycle temporel long et répétitif qui entoure la rédaction du script. Mon portrait est en noir et blanc afin d’évoquer l’étonnante sobriété du document à l’origine d’œuvres paradoxalement ultra subjectives et colorées. Une masse de dialogues vient scinder les deux parties de mon visage et dissocie dès lors ma vue/mon imaginaire de mon goût/mon expression. Dans cet autoportrait, les mots du scénario quasi prémâché nourrissent l’auteure que j’aspire à devenir et qui recrachera peut-être un jour son propre scénario digne d’être porté à l’écran.

Françoise H.

Manon HARSIGNY


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.