« Seul au milieu de Monopolis »

(cc) Najib Mabchour (02/02/2014)

Que restera-t-il des années 2000 ? Un monde déconnecté de la réalité, mais qui nous y relie tous devant nos écrans. Ils nous construisent à une représentation virtuelle du monde : les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nos vies et notre quotidien sont rythmés par ces toiles de partages, et de rencontres. Les plateformes numériques ont promis, à la fois de tous nous connecter à chacun et de nous relier au monde. Cependant on constate qu’en réalité, ils nous plongent dans la solitude et nous isole du monde dans lequel nous vivions. La réalité des rencontres, des voyages et des peuples se trouve maintenant à l’extérieur de la sphère construite à travers d’Internet. C’est ce paradoxe que j’ai voulu symboliser celui là-même qui créé la distinction entre la réalité et le monde virtuel.

La photo a été prise à l’intérieur de ma chambre. J’ai placé une carte du monde à l’extérieur de ma fenêtre. Aussi j’ai placé mon ordinateur allumé sur la page Facebook. La carte du monde empêche la lumière naturelle d’entrée dans la pièce et les rideaux sur le côté obstruent également le peu de lumière entrant dans la pièce. Afin de pallier au manque de lumière, j’ai réglé la sensibilité du capteur à 400 ISO et ouvert le diaphragme à 8, ce qui induit une perte de netteté au niveau de l’ordinateur. Aussi j’ai dû saisir l’image avec une vitesse d’obturation rapide.

J’ai choisi de symboliser ce contraste entre un monde relié par internet, mais, qui nous coupe peu à peu du monde réel. Cette photo permet de montrer qu’à l’extérieur, il existe des richesses à coté desquelles on pourrait passer en tombant dans le tout numérique. Mais, il est sûr que cette carte présente une perception du monde que l’on nous impose, et contraste avec les intentions première de la photo. Finalement, on pourrait penser qu’elle accentue la virtualité et l’enfermement. Enfin, le titre de ce billet fait référence au titre musical de Michel Berger Monopolis, une chanson de 1978 anticipant la façon de vivre des années 2000. Les paroles font référence à un monde interconnecté, dans lequel les personnes sont finalement seules.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.