Electro – gène

IMG_8811
(cc) Alexia DI CIOCCIO (26/01/2104)

Le corps, objet d’inspiration sans limite. Ses formes, ses courbes uniques et spéciales, intriguent et passionnent  notre œil. La peinture puis la photo n’ont eu de cesse de le représenter, afin d’en percer ses mystères. Cette enveloppe corporelle, qui est si chère à l’homme et gardienne de son âme. Le photographie est avant tout un moyen de rendre l’image intemporelle, de ce corps qui ne l’est pas et finira par disparaître. Il est une œuvre d’art changeante, offrant de multiples possibilités de le mettre en valeur, de le transformer, ou encore de le décorer.

L’idée de départ, a été de photographier et de mettre en valeur le corps. Pour cela, j’ai décidé de le décorer en peignant dessus des formes imaginaires. Le concept était le décorer comme n’importe quel autre objet, puis de le photographier. La photo permet de capturer une image, garder l’instant magique. J’ai aussi pensé au fait que notre apparence extérieure n’est rien sans ce qui se trouve à l’intérieur. Il fallait susciter  au regard l’envie de transpercer cette barrière, de regarder à l’intérieur. J’ai décidé pour cela, de représenter un électrocardiogramme avec la technique du light painting, qui consiste à créer une forme dans l’espace, par un mouvement avec de la lumière. Afin de réaliser cet effet, j’ai réduit la vitesse d’obturation mais aussi l’ouverture  du diaphragme. La photo a été prise en intérieur avec deux sources de lumière faible mais suffisante pour éclairer la scène.

Il y a ici un contraste entre modernité et archaïsme. L’électrocardiogramme est la représentation de la technologie, les dessins « indigènes » « tribaux » sont eux la vision d’un monde primitif. Le ventre est à lui seul un symbole, dessiner dessus n’est pas anodin, surtout chez la femme. Il est le berceau de la vie, là où tout commence depuis la nuit des temps. La technologie avance sans cesse, pourtant le fondement même de notre existence repose sur une œuvre de la nature. Nul outil de pointe ne peut remplacer le ventre d’une femme afin de donner la vie.

Alexia DI CIOCCIO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.