Cette enfance qui nous retient…

Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)
Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)

Ce sont nos souvenirs qui nous maintiennent en enfance, telle est l’idée que veut montrer cette photo, donnant l’illusion de me faire étrangler par le cowboy Woody. Ce personnage n’a pas été utilisé au hasard, car le film « Toy Story » des studios Pixar représente bien cette idée à travers cette bande de jouets qui ne veulent pas être oublié par leur propriétaire. Personnellement, ce jouet compte beaucoup pour moi car il m’a été offert lorsque j’étais enfant et j’ai tout fait pour le conserver afin de me souvenir de cette époque. Même le tee-shirt représentant le logo du groupe de rock The Who illustre cette époque, car mon père les écoutait souvent avec plaisir, même encore aujourd’hui.

Pour réaliser ce montage, il s’agit là d’une simple illusion d’optique de taille, donnant l’impression que Woody est plus grand et me surplombe pour renforcer un côté dominateur. Pour cela, le jouet a simplement été surélevé par rapport à moi-même, et un fil a servi à lui tendre le bras, pour donner cette impression d’étranglement. Même la taille des ombres sur le mur sont là afin de renforcer cet aspect. Aucun effet ou filtre particulier n’a été utilisé sur cette photo, et pour finir, le drap bleu du fond peut faire penser à une sorte de cabane, afin d’appuyer l’aspect désordre que peut avoir une chambre d’enfants.

Si on devait caractériser cette image, on pourrait faire référence au syndrome de Peter Pan, cette expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir un adulte, ainsi que le désir associé de rester enfant, en référence au personnage éponyme du garçon qui ne voulait pas grandir. Nous avons tous peur du temps qui passe, et donc de vieillir, et les jouets que nous avons conservés nous rappellent qui nous étions. Il s’agit d’une peur que nous devons accepter et avec laquelle nous devons apprendre à vivre , même si certains jours, on aurait bien envie de se glisser à nouveau dans la peau de l’enfant que nous étions, afin de profiter à nouveau de tous nos anciens jeux en toute insouciance.

Vincent DUQUENNOY


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.