Que la lumière soit !

(cc) Soline Testard (26/01/2014)
(cc) Soline Testard (26/01/2014)

Lorsque j’ai entendu la phrase de Méliès, le light painting s’est avéré aussitôt être une évidence. C’était là l’occasion d’utiliser cette technique que je rêvais d’appliquer sans jamais prendre le temps de tester mes idées. Reproduire sur une image fixe la décomposition d’un mouvement offrant ainsi une toute autre vision de la réalité… de la vraie magie !

Pour réaliser cette photo j’ai attendu la nuit pour être dans l’obscurité, puis j’ai éteint toutes les lumières à l’exception de mes rideaux de leds que j’ai mis en boule pour créer cet effet de faisceaux lumineux. Très vite je me suis rendue compte que mes photos étaient floues, alors j’ai rajouté une lumière de fond et j’ai dirigé une lampe en direction de mon visage et une autre sur mon bras pour que ces zones soient nettes. Ma focale était courte, mon diaphragme fermée, la sensibilité à 100 iso et ma vitesse d’obturation à 20 secondes. Pour m’aider, un ami tenait le câble d’alimentation du rideau de leds au dessus de moi et le faisait tournoyer pour créer ce tourbillon lumineux.

L’objectif premier de cette photographie était de créer une forme floue et ronde avec les leds mais j’ai décidé de garder celle-ci car je trouve cet effet bien plus intéressant. Partant de mes mains pour mourir dans l’air, on dirait une petite tornade qui prend de l’ampleur, et on l’imagine continuer de grossir pour imposer de son éclatante beauté. Aussi, le fait d’avoir orienté la lumière de manière précise offre un résultat étonnant mettant en avant les zones éclairées, permettant de ne pas être totalement éclipsée par ma création illuminée.

Soline TESTARD


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.