Nos mondes sont multiples

Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples
Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples

D’où germent les idées ? Quelles sont les liaisons mentales qui nous permettent de créer ? Cette photo tente de répondre à ces questions. Elle est la projection de ma réflexion, la matérialisation d’une idée naturellement irrationnelle. Le songe, univers abstrait où les fleurs sont des arbres et le temps, des horloges molles. Tout y est désordonné, disposition propice à la plus grande des créativités. Puis soudain, peut-être par pure coïncidence, une connexion s’établit. L’idée naît, la pensée la construit, le langage la matérialise sous une forme cohérent. Pourtant, de ce fatras d’objets incongrus, rien ne laissait prévoir l’harmonie.

J’ai tenté d’accumuler sur différents plans des objets hétéroclites afin de créer des espaces qui s’imbriquent les uns dans les autres. Pour cela, je disposais chaque élément dans la scène de façon à déconstruire les règles de la composition classique afin que le regard ne s’arrête jamais, qu’il lise cette image de manière cyclique. En alternant les formes circulaires et rectilignes, je voulais évoquer la complexité de la pensée et sa multiplicité.

Il y a mon reflet dans le miroir, c’est la seule image réfléchie par l’intermédiaire d’un dispositif, car ce monde est ma propre projection. Une projection complexe, quasi-psychanalytique. Elle comprend un élément de mon enfance ; le clown ainsi qu’une figurine aux proportions canoniques, représentant l’idéal créatif que je souhaite transgresser. Ce fond noir est une nébuleuse et le tissu blanc, un espace concret auquel je me raccroche pour ne pas sombrer. Cette photo explore le fond de ma réflexion, elle est donc authentique, psychanalytique et surréelle. Bien que ce ne soit pas voulue, un caractère chirurgicale lui est associé. Elle est brute, sans uniformisation, elle est ma conception du monde à travers mon esprit, alors naturellement, des démons surgissent de part et d’autres ainsi qu’une esthétique qui intrigue. Son intérêt ne réside pas dans sa structure mais bien dans son processus créatif, sa genèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.