Tristes temps…

Tristes temps. (cc) Tristan Leyri (06/10/2013)
Tristes temps… (cc) Tristan Leyri (06/10/2013)

Tristan, ce nom que je porte m’a toujours évoqué quelque chose d’inconnu, de lointain, un nom n’existant même pas dans le calendrier ! Quelque chose de triste, aussi… Quel triste temps m’a-t-on souvent dit. En effet, étymologiquement, Tristan voudrait dire tonnerre, vacarme en gaélique (même druide en picte !). C’est aussi le nom d’un personnage célèbre, celui qui est à Iseult ce que Romeo est à Juliette, un des chevaliers de la table ronde. Encore une de ces histoires tristes et à l’eau de rose. On m’appelait donc le chevalier quand j’étais enfant, j’aimais mieux ça !  Finalement, les éclairs, les histoires de chevaliers, de druides, l’univers celtique, ça colle plutôt bien, non ?

J’ai choisi de mettre les éclairs en fond pour rappeler l’étymologie, le sens profond du nom, sa forme. Ensuite  j’y ai mis un disque au centre  pour évoquer la musique et le cinéma, deux passions que je tenais à rappeler. Sur ce disque sont enchevêtrés différentes images où l’on peut voir des druides, une table ronde, Tristan et Iseult, celui-ci combattant un dragon et enfin une sphère et un visage, œuvres d’un peintre que j’ai rencontré peignant des tableaux en rapport avec la quête du Graal. Ces images sont le fond du prénom, son histoire, les légendes qui lui sont attribuées. Un dégradé du violet à l’orange permet d’unifier un peu plus ces éléments. Enfin, l’élément principal : un signe celtique, source de toutes ces légendes et nommé le triskèle, rappelant un peu le nom de Tristan. Il est au centre de tout, représentant les trois dieux à l’origine du monde, les trois éléments, ainsi que la continuité du temps qui passe… Passé. Présent. Avenir.

Tristan LEYRI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.