Entrez !

(cc) Manon Harsigny (12/01/2014)
(cc) Manon Harsigny (12/01/2014)

Intimité. Une porte fermée. Une lumière tamisée. Un secret gardé. Un corps dissimulé. Une identité préservée. Un mystère ouaté… Tout ceci et bien plus encore m’évoque l’intime ou ce que l’on souhaite dissimuler au monde extérieur. C’est pourtant quand l’intimité se voit ébranlée que l’intérêt grandit. J’ai donc choisi de mettre en péril l’intime dans ce billet photographique, en ouvrant littéralement une porte sur une femme mise à nue mais paradoxalement toujours anonyme. La porte symbolise en effet la frontière physique, l’enveloppe opaque derrière laquelle nous nous préservons d’autrui, ici je décide de l’entrouvrir et de mettre en lumière un corps nu, symbole ultime de l’intime tout en gardant l’identité de mon sujet intacte, choisissant en effet de ne pas exposer son visage à l’objectif.

Pour évoquer cette intimité, j’ai donc souhaité exprimer l’idée d’un instant volé, le passage furtif d’une femme nue derrière une porte entrouverte. En jouant sur la vitesse d’obturation, j’ai pu exprimer la fugacité du moment et du déplacement mais également préserver un semblant de pudeur en n’exposant que de façon floue ce corps nu. La porte poussée au moment du déclenchement participe aussi à l’aspect fugitif du moment immortalisé. J’ai opposé l’ombre du premier plan au rai de lumière émanant du second plan pour diriger le regard vers la claire silhouette de cette femme déambulant vers l’arrière-plan plus obscur. Le panneau de signalisation « route barrée » placé au fond du couloir devait évoquer un interdit, celui de pénétrer dans cet espace privé entrouvert, mais les déambulations capturées par l’objectif ont finalement masqué ce texte peut-être trop suggestif pour la scène. Le corps, lui, se dérobe suivant les lignes de fuites figurées ici par la porte et la lumière. Le tout donne ainsi une impression délibérée de voile à moitié levé sur l’intimité de cette inconnue.

Puis la magie du hasard opère et l’on découvre des éléments renforçant le sens de la photo. Ce fauteuil rouge tout d’abord, placé là par intuition pour nourrir le premier plan et contraster avec la clarté du second, apporte finalement une portée supplémentaire à la photo. Il est un clin d’œil au fauteuil de cinéma et au spectateur qui, face à cette part d’intimité photographiée, prend involontairement la posture de voyeur, tapi dans l’ombre. Les lignes, tantôt horizontales, verticales et diagonales, structurent la photo et s’opposent aux courbes de la silhouette mouvante, imperceptible. Enfin, les deux silhouettes capturées par la pose longue se positionnent parfaitement dans la lumière projetée au sol suivant ainsi le chemin de cette femme se dérobant à l’objectif et évoquant innocemment le Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp tant par la nudité, la décomposition du mouvement et la prédominance de jaune et de rouge, couleurs chaleureuses, intimes.

 

 

Manon H.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.