L’autre en face

L'autre (cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)
(cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)

Avant tout, j’ai griffonné sur un papier, quelques mots, une espèce de définition de mon intimité. Bizarrement, je n’arrive pas à me définir,  tout ce que je sais, c’est que j’ai des yeux globuleux, des bras chétifs, une voix rocailleuse, un rire bruyant, des cernes terribles, un peu d’humour, pas mal de mauvaise humeur et des cheveux courts. Si je fais le rapprochement avec ce que disent les autres, ces adjectifs font de moi une droguée, une anorexique, une lesbienne. Depuis la cour de récré, mes “camarades” ont mis beaucoup d’énergie et ont eu beaucoup d’imagination afin de me décrire. La plupart des gens vivent à travers des clichés, des idées reçues. En fait, j’ai envie de leur crier que si j’ai les cheveux courts, c’est parce que je me trouve plus jolie comme ça, que mes yeux ne sont pas globuleux mais grands et ouverts sur le monde, que je mange trois repas par jour comme tous le monde et que je fais partie des rares personnes à se lever du pied droit le matin.

J’ai de la chance, j’ai appris à ne pas trop me soucier du regard des autres. Seulement voilà, certaines personnes vivent à travers ça, leur intimité devient un enfer à cause de l’image qu’on leur renvoie d’euxmêmes. J’avais décidé de me prendre en photo face à un miroir. Celui-ci est un des seuls moyens de pouvoir se regarder.  Je voulais que l’on me voit de dos et faire disparaître mon reflet afin de traduire l’incapacité que l’on peut avoir à se reconnaitre, se définir seul. J’ai baissé la sensibilité au maximum et mis une gélatine bleue sur le Fresnel afin de créer une ambiance fantastique, mystérieuse. Je ne voulais pas de lumière trop chaleureuse et provoquer une inquiétude, une ambiance étrange, un déséquilibre pour traduire l’incertitude.

Finalement cela n’a pas marché, on voyait toujours mon reflet dans la glace. J’ai donc joué avec, essayé d’inverser les rôles. Ainsi j’ai pu traduire l’intime, recréer mon univers en m’amusant avec les lumières, les formes. J’ai réussi à parler de mon intimité et montrer ce qui me représente. L’art a toujours été un refuge, un moyen d’expression, un exutoire. J’ai gardé ces deux photos car elles sont complémentaires: on y distingue une ambivalence, un coté sombre et un autre lumineux. On ne discerne que très peu mes traits, et les reflets semblent n’exister sans rien d’autre, comme si ils s’animaient dans la vitre pendant mon absence. C’est finalement l’idée que je me fais de mon espace, un monde d’images, de rêves, toujours actif mais inconscient.

Morgane Kerarvran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.