Intériorité

P1070292

 

La juxtaposition de ces deux mots « Intérieur » et « Intimité » m’a de suite fait penser aux rêves. Mais comment représenter le rêve en photo quand on n’a rien sous la main : pas d’appareil réflex, pas de lumières, pas de matériaux. Ma toute première idée a été de définir l’espace de mes songes : J’ai donc décidé de prendre cette photo dans ma chambre, sur mon lit. Sachant que je n’ai qu’un appareil compact avec lequel je ne peux régler ni l’ouverture, ni la vitesse, cette photo était pour moi une performance de mise en scène, de cadrage et de lumière (avec les moyens du bord).

 Inspirée par Méliès, j’ai décidé de découper une lune et un soleil dans du carton pour les poser en arrière-plan, sur mes oreillers, il fallait les surélever alors j’ai ajouté des livres (mais pas n’importe lesquels). Puis, j’ai posé mon autel composé de « statuettes mayas, bougies, encens, pierres », au centre du lit. Je m’éloignais de mon intention de départ mais la bougie donnerait un côté spirituel à la photo : l’ambiance exacte qui guide mes méditations et mes rêves. Au premier plan, j’ai rajouté deux petits portraits de Frida Khalo qui se trouvent aussi dans ma chambre. Puis, je me suis rapprochée de ma composition pour jouer avec la profondeur de champ et je me suis mise à hauteur de lit pour prendre la photo de manière intimiste. Je voulais que l’objet central soit la grande statuette maya et qu’elle soit nette, que le tableau de Frida soit un peu flou et qu’il guide notre regard vers l’encens et vers la lune, créant ainsi une ligne de fuite avec ces trois éléments. J’ai cadré de manière à ce que la lumière bleue (provenant de mon diffuseur d’huiles essentielles) arrive au dessus de la tête de la statuette maya, vers la lune et le soleil, contrastant avec l’autre source de lumière jaune issue de la bougie.

J’ai été surprise de voir à quel point cette photo représentait mon intérieur, physique, psychologique et spirituel et non pas seulement mes rêves. Au premier plan, ma « première vie » incarnée par l’autoportrait « Les deux Fridas » de Khalo. Au second plan, mon chemin spirituel représenté par les statuettes mayas. Au troisième plan, la lune et le soleil, la dualité, le couple, le yin et le yang, la vie et la mort, le rêve et la réalité, l’homme et la femme. Dans cette photo, comme dans l’univers, tout fonctionne par pair : lumière bleue et jaune, bougie et encens, deux Fridas, deux statuettes, la lune et le soleil, deux pierres. Ce n’était pas voulu. Les rêves n’ont été qu’un prétexte pour atteindre en photo mon intériorité.

                                                                      Julie Morales


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.