Devoir sur table

Mardi 10 décembre – SCAV – Université Bordeaux 3

J’ai beau fêter mes 24 ans aujourd’hui, le devoir auquel je me prépare depuis (…) la veille me renvoie pourtant aux années lycée. J’ai préparé des fiches, j’ai révisé dans les transports et j’ai la désagréable impression que mon peu de connaissance est sur le point de s’évaporer. Trop tard, je ne peux plus réviser davantage, la question est posée, il faut se lancer ! Silence dans la salle, tout le monde retient son souffle et démarre. J’aurais dû m’agripper à cette exaltation groupée, suivre la cadence mais, comme souvent en examen, j’ai loupé le coche et fixe les autres s’animer autour de brouillons physiques ou imaginaires. Les regards fixent un savoir dématérialisé qui persiste à m’échapper. Chaque bruit est un prétexte à la déconcentration et rompt mes faibles ébauches de raisonnement. Le temps file à folle allure, j’ajoute quelques mots à ma feuille pour mieux fixer ma pensée, empêcher mon esprit de divaguer et déjà les premiers remballent leurs affaires et quittent la salle.

 C’est à travers un montage sonore que j’ai souhaité rendre compte de ce moment d’angoisse et illustrer par le son la fragilité de ma concentration et l’ambiance particulière d’une salle de cours durant un devoir. J’ai donc entrepris d’enregistrer différents moments de la fin d’un contrôle et de les assembler pour faire émerger cette atmosphère source de stress. Après avoir énoncé la question sujette à évaluation et avoir posé un temps d’arrêt sur ses mots, les stylos alentours commencent ainsi à gratter, toujours plus fort et plus nombreux et grondent bientôt comme un troupeau qui charge. Je n’entends plus qu’eux et c’est finalement le son d’une page tournée qui me rappelle à la réalité et casse l’entrain menaçant de ces stylos. Les bruits de blanco, chuchotis, passages extérieurs, feuilles et autres mouvements s’enchaînent dès lors et m’agressent un par un, me sortant toujours et encore de ma réflexion. Je tousse, manifeste ma présence pour mieux me recentrer sur mon problème, rien n’y fait ! Le départ bruyant de ma voisine résonne comme un coup de grâce et entrouvre la brèche qui isolait cette salle close du monde extérieur, emportant ainsi le peu de concentration dont je disposais.

Manon H.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.