La mue

La mue (cc) Lucile Moyano (08/12/2013)
(cc) Lucile Moyano (08/12/2013)

Je suis l’œil de la salle de bain, pièce de la féminité et de l’intime par excellence, dont le miroir voit défiler toutes les déclinaisons de notre visage jour après jour. E. vient dormir à la maison et je la photographie entrain de se changer. Cette photo a été choisie parmi une série en rafale où la fatigue se fait sentir, dégageant cette impression d’enfermement, de douleur dans les mouvements d’habillage, chose que nous pouvons vivre lorsque la routine nous aliène. Nos intérieurs deviennent étroits, les couleurs plus ternes, et le masque qui nous colle à la peau perturbe nos sens. Il devient alors urgent de changer de peau afin d’éviter l’asphyxie. Cette jeune fille au corps déployé semble vulnérable, vacillante devant le trou noir du lavabo, comme prise dans une lutte invisible avec son propre intérieur.

De tenues féminines en poses coquettes, la séance devient plus automatique. Je recherche l’angle de vue qui me convient et elle se lasse de mes demandes saugrenues. Perchée sur le rebord de la baignoire, je peux tout cerner du corps et de son rapport à l’espace, ressentant la limite des murs et du plafond telle la quatrième extrémité de la pièce. Mon sujet est « aveugle » et seul l’objectif a été capable de « voir ». Le mauvais grain, obtenu en recherchant un maximum de contraste et de lumière, me donne envie d’exploiter cette brume de pixels en dé-saturant la coloration de l’image. Ainsi se dégage une froideur, que le rose du pyjama ou le jaune des chaussures ne parviennent pas à éclipser.

Moyano Lucile


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.