L’ombre qui nous porte

contenu indisponible

En observant les rayons du soleil décalquer les barreaux de la fenêtre sur ma porte en fin de journée, une histoire m’est venue à l’esprit. Quand on est chez soi, on s’enferme dans notre bulle, on se sent protégé. La porte, fermée à clé, nous sépare du reste du monde. En face de la porte se trouve une autre ouverture : la fenêtre. Étant surmontée de barreaux, cette fenêtre protège elle aussi de toute intrusion extérieure, mais ces barreaux viennent également briser le rapport au monde. Le judas de la porte, mise en abîme d’une ouverture dans l’ouverture, vient nous donner une image révélant l’identité de toute personne se trouvant de l’autre côté. Voulant voir sans être vu, le personnage solitaire n’en est pas moins voyeur…

Le soleil, rasant l’horizon, n’allait pas tarder à se cacher. La porte allait rapidement être dépourvue de cette peinture éphémère. J’avais environ cinq minutes pour mettre en place cette scène. J’ai alors hésité entre surexposer le carré de lumière sur la porte ou sous-exposer le reste de la photographie. J’ai choisi la deuxième solution, en réduisant l’ouverture du diaphragme, car mon intention était de montrer un personnage tourmenté, craintif, évoluant dans un univers plutôt sombre. En tenant l’appareil photo d’une main et en le plaçant dans mon ombre, j’ai pu le rendre invisible. Je me suis placé de façon à pouvoir cadrer la porte entièrement, tout en cherchant à ce que ma tête soit au niveau du judas. Une fois la position trouvée, j’ai tourné la tête de profil pour saisir la projection.

Sylvestre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.