Nouvelle Sonore

(cc) Segio Larrin

 

Pour conter l’histoire de cette photo signée Sergio Larrain, j’ai voulu écrire un texte  à la tonalité et au format de la nouvelle.  La narration , très courte, doit donc faire écho à ce plan en noir et blanc d’une rue pavée en perspective. L’élément principal, autour duquel j’ai eu envie d’articuler mon histoire, est ce journal déplié et abandonné au milieu de la route. C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’un homme qui, dans la précipitation, abandonnerait son journal en pleine rue. Puis est venue plus précisément l’idée d’un retraité qui, à la vue des résultats du loto dans son journal, correspondants à son ticket gagnant, subirait une crise cardiaque.

Après avoir rédigé cette courte histoire, j’ai réalisé quelques enregistrements. Peut être à cause de l’arrivée du froid, de mon incapacité à arrêter de fumer, ou peut être est ce le fait de lire mon propre texte, ma voix me semble inaudible, ne pas coller. Je contacte donc une amie, Morgane Sage, jeune comédienne du conservatoire de théâtre de Bordeaux. Nous enregistrons plusieurs prises, ses intonations sont convaincantes. Après quelques cafouillages, nous recommençons, nous nous replaçons. Ces tests confirment mon idée que le son, c’est beaucoup de tâtonnement, mais aussi, heureusement, beaucoup de plaisir.

Florence Delavaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.