L’histoire de TETG

 

Que voit-on sur une photographie ? Ce qui est montré, évidemment. D’accord, mais qu’est-ce qu’on nous montre ? Personnellement, j’ai souvent eu à me battre lors d’expositions ou lors de conversations entre amis. D’une discussion intelligente et pleine de bons sentiments nous passons souvent à des tempêtes d’insultes et à des crises de nerfs. J’exagère légèrement, mais c’est pour illustrer le problème. Je crois que c’est une question d’interprétation. Personne n’a les mêmes références, chacun a son répertoire d’images, son vécu, sa représentation du monde. C’est pour cela que j’ai choisi de faire un cadavre exquis sonore. Je voulais monter un récit pour mettre tout le monde d’accord, pour une fois.

J’ai contacté quelques uns de mes amis, pour qu’ils viennent me raconter l’histoire de cette photographie. Les quatre personnes choisies viennent toutes de milieux assez différents. Il ne fallait pas qu’elles évoluent dans le même domaine et elles ne devaient pas se connaître. Grâce à une seule et même consigne, elles devaient  décrire l’image et inventer une histoire, sans que les autres ne l’entendent. J’orientais parfois la description sur un élément précis (le scooter, les gens du fond). Lors du montage, je me suis rendue compte que le temps imparti pour la réalisation était trop court, je me suis donc limitée à entrecroiser les voix pour faire une description de l’image presque univoque. Même si tout le monde s’accorde un minimum, c’est dans la pluralité des idées, des tiques de langage, des expressions et des imaginaires, qu’un discours, qu’un monde se dessine autour d’une œuvre.

Morgane Kerarvran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.