Horoscope

(Photographe: Sergio Larrain)
(Photographe: Sergio Larrain)

Peut-on mélanger amour et Le Gorafi ? Je pense qu’on peut tout tenter lorsque l’intention est claire. La mienne ne l’était pas vraiment. Au début, je ne voulais pas faire rire. Le conducteur du scooter au troisième plan en haut de l’image descend vers nous pour finir six pieds sous terre suite à un enchaînement d’accidents spectaculaire. Faute de temps et m’apercevant que mon histoire était un peu glauque, je l’ai allégée et édulcorée en ajoutant une rencontre. Le conducteur souffrait toujours, percuté par une voiture puis ramené à la vie par une infirmière, sa sauveuse. À peine le temps de sortir les violons que c’était déjà la fin. J’ai donc, pour la troisième version, simplifié mon histoire et fait intervenir les violons au milieu pour conserver une petite touche glauque à la fin. C’est surement celle-ci, ma réelle intention.

Mais pourquoi faire souffrir ce pauvre motard? Parmi tous les éléments de cette photographie, le journal et le scooter me semblaient les plus intéressants pour raconter une histoire. Les autres ont donc servi de contexte, mélangés dans l’ambiance. Pour créer un repère visuel, j’ai ensuite choisi de ne pas sortir du cadre de la photo. Seules l’arrivée de l’homme et la sortie du scooter sont hors champ, marquant ainsi le début et la fin de la scène. Pour mettre en son cette histoire, j’ai enregistré la voix, la musique et quelques bruitages que j’ai montés et mixés avec des sons piochés dans mes banques de sons.

Gaylord Gauvrit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.