L’Éléphant

cc lisa delpech (22/11/2013)
(cc) Lisa Delpech (22/11/2013)

Il existe un endroit en ce monde où je peux me sentir totalement libre. Il se situe dans ce village niché au cœur des Pyrénées. Chaque fois que j’y vais, je marche jusqu’à ce lieu, mon refuge. Juste au dessus de ma maison, il m’offre un spectacle incomparable de calme et plénitude. J’y vais pour réfléchir, là, au milieu des roches qui suivent la pente de la montagne. Face à moi, « l’Éléphant ». Je la surnomme ainsi depuis mon enfance, cette montagne que je connais par cœur. « L’Éléphant » a l’air paisible, l’œil clos, comme endormi. Il a quelque chose de rassurant. Je me surprends à le fixer pendant des heures, je lui confie mes secrets et mes pensées les plus profondes.

Ce dessin est basé sur une photo prise en été. Pour commencer, j’ai dessiné les lignes des montagnes et du nuage au crayon à papier. Puis j’ai ajouté quelques détails, comme l’œil de « l’Éléphant » et les parties rocheuses qui forment son oreille et la naissance de la trompe, ainsi que les endroits qui me paraissaient plus sombres. Ensuite, j’ai utilisé des crayons de couleur. J’ai choisi de respecter les tonalités de l’image originale ou, du moins, de m’en approcher le plus possible. Dans un premier temps, les couleurs n’étaient pas assez prononcées et j’ai du alors superposer des couches jusqu’à arriver à un résultat satisfaisant. Pour symboliser les arbres sur « l’Éléphant », j’ai décidé de colorier de manière verticale et d’ajouter des lignes en zigzags, donnant ainsi du mouvement et une impression de densité. Pour finir, les montagnes à l’arrière ont été estompées, car plus lointaine, afin de donner plus de profondeur à mon dessin.

Lisa Delpech


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.