70°26’ Sud, 24°19’ Est

70°26’ Sud, 24°19’ Est (cc) Tristan Leyri (23/11/2013)
70°26’ Sud, 24°19’ Est (cc) Tristan Leyri (23/11/2013)

« Ma chère Louisa,

Je t’écris cette lettre, les mains gelées par la glace, sans même savoir si elle te parviendra. Ce 27 septembre 1897 est un jour particulier : ce grand continent qu’est l’Antarctique est enfin là, sous nos yeux ! Bien des difficultés nous mettent à mal ici : la fatigue, le froid, la peur… Il règne une pression parfois insoutenable à bord de la Belgica. Mais aujourd’hui, des sourires se lisent sur chaque visage crispé de l’équipage. Si tu étais là pour voir cet horizon : des icebergs à perte de vue, dans ce calme déroutant, et ce ciel rosé se reflétant sur l’océan… Ce rival de ta beauté restera gravé dans ma mémoire. Un scientifique de l’équipage m’a apprit que celle-ci est héréditaire, donc, à défaut de ne pas pouvoir t’en faire profiter, nos enfants pourront peut-être vivre à leur tour cet instant…»  Je ne sais pas si je suis cet enfant dont il parle, mais depuis tout jeune, j’ai ce paysage en tête : un bateau face à l’immensité glaciaire. Cette vision me donne envie d’imaginer ce que pouvait être le ressenti de ces hommes, découvrant le Pôle Sud pour la première fois.

J’ai décidé d’utiliser de l’aquarelle afin d’obtenir une teinte uniforme. Une première couche de rose pour donner un aspect irréel à la scène. Ensuite, des traits grossiers au crayon pour définir les formes du paysage et le bateau. Enfin, une seconde couche de couleurs pour apporter les détails. Le rose et le violet retranscrivent une certaine sérénité, une contemplation : la mienne et celle de l’équipage. La partie peinte ne remplit pas entièrement le cadre, me permettant ainsi d’accentuer l’effet d’un paysage rêvé, ou encore imaginé.

Tristan Leyri


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.