eMatériel

(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)
(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)

Les yeux à demi ouverts, je prends une grande inspiration, entrouvre la porte et m’engouffre dans cette masse humaine. Je traverse la fumée et les lasers, progresse vers la scène. Je m’installe entre des silhouettes inconnues. Mon corps prend petit à petit le rythme du “kick” comme métronome sensoriel. Mes yeux sont mi-clos, laissant à peine passer quelques reflets de lumière. Mon esprit interprète, déforme les sonorités, les sensations et les formes. La musique m’emporte dans un ailleurs immatériel. Je m’évade de cette boite. Ces rares moments d’extase, de transe et de liberté ont été mes premières sources d’inspirations. Mes premiers chocs sensoriels qui ont forgé mon inconscient esthétique.

Quelle méthode utiliser pour représenter cet espace sensoriel, ce temple de l’électronique détaché du réel ? J’ai mis de côté les outils physiques et les techniques classiques du dessin. J’ai opté pour l’immatériel, un logiciel de création graphique, Autodesk SketchBook, qui offre, sous forme numérique, l’ensemble des outils propre au dessin. Pour faire le lien entre physique et numérique, j’ai utilisé ma tablette tactile, parfaite interface entre l’homme et la machine. J’ai pris appui sur une photographie pour recréer les formes principales. J’ai utilisé des pinceaux, des sprays et des bombes pour travailler les lumières, les reflets et les lasers. En modifiant l’opacité, la diffusion et la largeur de mon pointeur, j’ai finalement réussi à obtenir les différents dégradés de formes et de couleurs.

Gaylord Gauvrit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.