Nos aurores sont crépuscules

Le matin est brumeux, froid et humide. Le matin est impalpable, hermétique et même amer. Il est la genèse du jour, le passage de l’ombre à la lumière, et pourtant, sa ressemblance avec le crépuscule, son opposé, est frappante. Parfois, l’ascension du soleil et son déclin se confondent, parfois les rayons de lumière ne parviennent pas à percer l’opaque couche nuageuse, parfois, nous restons plongés dans une obscurité des plus totales.

Je me suis servi du matin comme l’expression d’une métaphore intérieure. Nous sommes immergés dans la conscience d’un homme, pour qui l’éveil n’est que chaos, souvenirs douloureux et cacophonie. Le rêve, salvateur, s’estompe vite et brutalement dès les premières secondes. Le personnage est alors immédiatement plongé dans une ambiance oppressante et apocalyptique. Tous ces bruits sont dans sa tête, les réminiscences de ses années de guerre. Pour échapper à sa torture intérieure, il lit « L’albatros » de Baudelaire. Ce poème évoque l’homme déchiré entre l’aspiration pour l’élévation et l’attirance pour la chute, indissociable de la condition humaine. Mais peu à peu d’autres voix lisent en désordre d’autres poèmes, éminemment noirs des « Fleurs du mal ». La voix robotisée est son double intérieur qui a tant souffert et qui, déshumanisée, énonce glacialement avec un découpage insensé le poème : « Le mort joyeux ». Tout à la fin, la voix off est l’explication de cette cacophonie. Dans sa narration, elle mêle la métaphore du matin en tant que brume et lumière et aborde le sujet de la guerre. Elle représente le sentiment qui étrangle les hommes. Elle est la folie, le remords et le spleen.

Jonathan Rochier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.